Actuellement, près de 800 Vietnamiens travaillent en Libye. En décembre 2011, suite à la guerre civile, la totalité des plus de 10.000 travailleurs vietnamiens avait été rapatriés en urgence.

En juillet 2012, le Premier ministre Nguyên Tân Dung a donné son feu vert au ministère du Travail, des Invalides de guerres et des Affaires sociales, et à celui des Affaires étrangères pour étudier le retour des travailleurs vietnamiens en Libye. Les services concernés restent cependant très prudents pour envoyer de la main-d’œuvre vietnamienne dans ce pays. 

Le ministère du Travail, des Invalides de guerres et des Affaires sociales a demandé aux compagnies concernées d’assurer la sûreté les travailleurs, de prévoir des plans concrets en cas d’agitation sociale, et de collaborer avec l’ambassade du Vietnam dans ce pays.

Selon Lê Van Thanh, chef adjoint du Département de gestion des travailleurs vietnamiens à l'étranger , «près de 800 Vietnamiens travaillent dans ce pays, surtout dans le secteur tertiaire et la construction. De nombreux travailleurs sud-coréens, philippins, thaïlandais, bangladais... sont aussi présents» .

Assurer leur sécurité 

Lê Van Thanh a informé que la Compagnie commerciale et de fourniture de main-d’oeuvre SONA, Vinaconecmec, Vitech et VTC Corp sont autorisées à envoyer des travailleurs en Libye. 

D’après ce responsable, le salaire minimum oscille entre 260 et 320 dollars par mois. En cas de versement d’un impôt, le salaire doit augmenter. Dans le contrat de travail, la date de paiement du salaire doit être clairement stipulée. Enfin, le contrat de travail doit être expertisé par l’ambassade du Vietnam en Libye.