Hanoï (VNA) - Des experts français et vietnamiens ont partagé différentes mesures et expériences pour contrôler efficacement les pathologies animales, mettant l’accent sur la nécessité de bien savoir utiliser voire réduire les antibiotiques en matière d’élevage.
 

Symposium intitulé «Comment réduire les risques liés à l’alimentation animale pour la santé humaine au Vietnam», organisé le 16 novembre.

Le symposium intitulé «Comment réduire les risques liés à l’alimentation animale pour la santé humaine au Vietnam», a été organisé le 16 novembre par l’ambassade de France au Vietnam dans le cadre du Vietnam Foodexpo 2017, tenue du 15 au 18 novembre dans la mégapole du Sud - dont la France est invitée d’honneur.

Lors de ce symposium, la docteure Hoàng Huong Giang, chef adjointe du Bureau des aliments pour animaux du Département de l’élevage, a fait le point sur la situation de l’élevage du bétail et des volailles au Vietnam ainsi que sur la gestion et le contrôle de l’alimentation destinée à l’élevage animal.

Elle a présenté des réglementations et des critères de qualité et de sécurité alimentaires en matière d’élevage, définis par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, en particulier la liste des substances interdites dans l’importation, la production, et la commercialisation mentionnée dans la circulaire n°28 de 2014.

Les experts français ont approfondi la question de l’utilisation des antibiotiques dans l’élevage animal au Vietnam, tout en proposant des mesures de contrôle efficace pour éviter le phénomène de résistance dû à l’abus d’antibiotiques.

Remplacer le traitement par la prévention

«Il faut trouver des alternatives pour pouvoir continuer à utiliser des antibiotiques ou même en réduire l’usage», a souligné  M. Alexandre Bouchot, conseiller aux Affaires agricoles pour le Vietnam, le Laos et le Cambodge à l’ambassade de France au Vietnam. Selon lui, l’alimentation animale peut générer des maladies sur les humains.

Au niveau d’entreprises, M. Jean-Michel Guillaume, directeur de Virbac, division porcine, a recommandé au gouvernement ainsi qu’aux entreprises vietnamiennes de diminuer l’utilisation des antibiotiques. Selon lui, il est évident que la santé animale est liée directement à la santé humaine. Si les producteurs utilisent mal des antibiotiques, c’est un réel  danger pour la santé humaine.

«Notre premier objectif au Vietnam, c’est de former des éleveurs, leur faire savoir pourquoi et comment utiliser des antibiotiques. On a, à l’heure actuelle, quatre Virbac Clubs qui réunissent une centaine d’éleveurs», a-t-il précisé.

Selon lui, l’impératif dans l’avenir c’est de remplacer les phases de traitement par des phases de prévention grâce aux vaccins. Et il souhaite que le Vietnam adopte de plus en plus de vaccins multivalents et des autovaccins de nouvelle génération pour contrôler et protéger contre différentes pathologies animales.

Le Vietnam a consommé 28 millions de tonnes d’aliments pour le bétail et les volailles en 2017, dont 45% importées de l’étranger. -CVN/VNA