Anticipant que 2010 sera également une année très difficile en terme de développement socioéconomique national, le Premier ministre Nguyen Tan Dung a annoncé que le gouvernement préconise de poursuivre les politiques de soutien pour relancer l'économie du pays.

Dans un texte présenté jeudi matin devant l'Assemblée nationale, le chef du gouvernment s'est focalisé sur les mesures de relance de la croissance économique et de prévention du retour d'une forte inflation, ainsi que les directives générales pour le règlement de plusieurs problèmes sociaux urgents.

Partant de l'évaluation de la mise en oeuvre des politiques au cours de cette année, il a fait savoir que le gouvernement examinera leur reconduction ou l'élaboration de nouvelles afin de les rendre publiques officiellement en décembre prochain pour leur application dès le début de 2010.

Pour atteindre une croissance économique de 6,5% en 2010 et de 7 à 8% en moyenne dans les années suivantes, il a indiqué qu'il faut continuer d'appliquer de façon appropriée les mesures définies pour soutenir les entreprises et relancer l'économie nationale, se consacrer davantage à la restructuration de cette dernière, améliorer la productivité, la qualité, la rentabilitité et la compétitivité de la production nationale, tout en maintenant simultanément indices macroéconomiques et bien-être social.

Répondant aux interpellations des députés sur la prévention et la lutte contre la corruption, le Premier ministre a affirmé que le gouvernement a été et demeure particulièrement strict au regard de tels actes, annonçant que la prévention et la lutte contre ce phénomène ont abouti dernièrement à d'importants résultats.

Selon lui, ces derniers résultent des efforts de tout le système politique ainsi que de ceux du Comité national de pilotage de la prévention et de la lutte contre la corruption pour mettre à jour et sanctionner de telles affaires, ainsi que pour élaborer et parfaire les institutions intervenant en ce domaine.

Cependant, le chef du gouvernement a également reconnu que la corruption restait préoccupante, d'autant qu'elles recourt à des procédés de plus en plus sophistiqués et complexes, que certaines mesures de prévention de la corruption s'avère encore insuffisamment efficaces, et que la transparence en matière de fiscalité, d'investissement et de finances laisse à désirer. Il a estimé qu'il faut poursuivre l'application générale des mesures de prévention et de lutte contre la corruption conformément aux politiques du Parti et de l'Etat ainsi qu'au droit national.

Répondant aux questions sur les affaires de corruption mettant en cause des étrangers, le Premier ministre a affirmé que le Vietnam s'intéresse toujours et demande aux services compétents de collaborer avec les institutions étrangères afin d'étudier et d'examiner un règlement rigoureux de ces affaires suivant le droit vietnamien. "Tous actes de corruption doivent être examinés de façon objective et au regard de notre droit", a-t-il insisté.

Lors de cette séance d'interpellations également, le chef du gouvernement a répondu à des questions sur la planification des centrales hydroélectriques, la lutte contre la pauvreté, le développement des zones économiques de pointe et le reboisement du pays. -AVI