Plusieurs grandes fêtes traditionnelles se sont ouvertes mardi 24 février, soit le 6e jour du Nouvel an, dans les environs de la capitale Hanoi.

Dans le site des temples de Soc honorant le saint Giong-Phu Dong Thien Vuong, situé dans la commune de Phu Linh, district de Soc Son, des milliers de personnes ont assisté à l’inauguration de la fête du temple de Soc Son et à la cérémonie d’accueil du certificat de reconnaissance de ce site en tant que patrimoine national spécial sur le plan architectural.

Chaque année au printemps, les Vietnamiens honorent le héros mythique Thánh Gióng ainsi que les autres héros et génies qui ont défendu le pays contre l'envahisseur. Il est vénéré en tant que protecteur des moissons, de la paix dans le pays et de la prospérité de la famille.

Les fêtes de Gióng se déroulent annuellement au printemps, aux temples de Sóc (les 6e, 7e et 8e jours du 1er mois lunaire). Les célébrations au temple de Sóc, d’où le saint Gióng est monté au Ciel, incluent le rituel du bain de sa statue ainsi qu’une procession jusqu’au temple avec des fleurs de bambou qui servent d’offrandes. Les spectateurs peuvent assister à la procession dite «de la fleur de bambou», qui s’inspire de la scène où Thánh Gióng arrache des tiges de bambous lors de la bataille.

À la fin de la procession, la fleur de bambou est lancée en direction des visiteurs, qui tentent de se l’approprier. La légende veut que cette fleur, considérée comme un symbole de la générosité du saint Gióng, apporte chance et bonheur à celui qui la possède.

Tous les Vietnamiens connaissent la légende du saint Gióng, qui se transmet de générations en générations. On dit que sous le règne du 6e roi Hùng (époque du premier État de la nation vietnamienne, le Van Lang des Lac Viêt, à partir du 1er millénaire av. J.-C.), une vieille femme du village de Gióng (ou Phù Đông, actuellement Gia Lâm, Hanoi) posa son pied dans l’énorme empreinte d’un pied divin et donna naissance à Gióng.

À trois ans, il ne parlait pas et restait couché. À cette époque, les envahisseurs venus du Nord ravageaient le pays. Un jour, un héraut royal traversa le village pour demander l’aide du peuple et, à peine les porte-voix se furent tus, l’enfant se leva et demanda d’aller combattre l’ennemi.

Il mangeait comme quatre et grandit rapidement. Il demanda au roi une armure, un casque et un cheval. Puis, il partit combattre l’ennemi avec fougue. Son fouet en fer brisé, il arracha des tiges de bambou et s’en servit comme arme. Une fois la guerre gagnée, il s’envola du mont Sóc vers le ciel, sur son cheval. Le roi lui donna alors le titre de Phù Đông Thiên Vuong.

Dans la croyance populaire vietnamienne, Thánh Gióng - Phù Đông Thiên Vuong est le plus important des quatre génies immortels.

À l’occasion du Millénaire de Thang Long - Hanoi en 2010, une statue monumentale représentant le saint Gióng a été installée, en mai, au sommet du mont Sóc (297 m d’altitude) dans la commune de Phù Linh, district de Sóc Son.