L'accusé Shibuya Yasumasa. Photo : Asahi Shimbun/VNA

 

Chiba (VNA) – Le tribunal de la ville de Chiba (préfecture de Chiba, Japon) a ouvert le 4 juin le procès en première instance pour le meurtre de la petite fille vietnamienne de neuf ans Le Thi Nhat Linh.

Dimanche 26 mars 2017, Lê Thi Nhât Linh a été retrouvée morte sous un pont à Abiko. Les enquêteurs japonais ont estimé que la petite fille avait été tuée ailleurs car il n’y avait aucun signe d’une lutte à l’endroit où son corps a été retrouvé nu, et qu’elle avait été enlevée quelques minutes après avoir quitté sa maison à Matsudo pour son école primaire, vendredi matin 24 mars 2017.

Shibuya Yasumasa, 46 ans, un voisin de la famille de Nhât Linh, a été immédiatement arrêté après les résultats d'expertise montrant que son ADN était le même que celui trouvé sur des objets appartenant à la petite fille.

Lors du procès, l’accusé a nié les charges retenues contre lui et déclaré que les preuves contre lui avaient été falsifiées.

Le procès est ouvert au public. Plus de 60 des 400 personnes ayant fait la queue lundi matin ont été autorisées à y assister.

Un représentant de l’ambassade du Vietnam est également présent. Nguyen An Tien, premier secrétaire chargé des affaires liées à la communauté, a affirmé que l’ambassade du Vietnam souhaitait que l’affaire soit bien jugée et que le criminel soit sanctionné sévèrement.

Le Anh Hao, père de la victime, a également souhaité que la vérité soit connue et que l’auteur du crime soit puni sévèrement.

Auparavant, le 5 mai dernier, la police japonaise a notifié un nouveau mandat d’arrêt envers Shibuya Yasumasa, suspecté du meurtre de Le Thi Nhat Linh et de l’abandon de son corps. Cet homme de 46 ans avait été interpellé et mis en détention provisoire depuis le 14 avril. La détention provisoire a pris fin le 5 mai. -VNA