Une région dévastée dans le village de Teluk de Pandeglang, dans la province de Banten en Indonésie, le 25 décembre après un tsunami. Photo: Xinhua 

Jakarta (VNA) - Le gouvernement indonésien a décidé de doubler son budget destiné au travail de prévisions et de réduction des catastrophes naturelles, soit 15.000 milliards de roupies (1,1 milliard de dollars), après une série de catastrophes naturelles qui ont dévasté trois régions du vaste archipel l'année dernière.

Le ministre indonésien des Finances, Sri Mulyani Indrawati, a déclaré le 8 janvier que le gouvernement avait consacré plus de 7.000 milliards de roupies à l'atténuation des effets des catastrophes naturelles en 2018. Le fonds budgétaire a été alloué non seulement à l’Agence nationale de gestion des catastrophes (BNPB), mais aussi à d'autres activités connexes.

Le gouvernement indonésien envisage également de créer un fonds commun pour distribuer des ressources de finances à chaque région pour soutenir les efforts d'atténuation des effets des catastrophes naturelles.

Le gouvernement indonésien a commencé à élaborer un mécanisme d’assurance en cas de catastrophes naturelles, en créant un fonds de 1.000 milliards de roupies pour rétablir les zones touchées. Ce fonds sera distribué en tenant compte de l'ampleur des catastrophes naturelles, notamment du nombre de victimes et du montant des pertes matérielles.

Ce pays de l'Asie du Sud-Est a connu une année meurtrière en 2018, lorsqu’au moins 2.370 personnes sont mortes, plus de 1.400 blessées et 5.130 personnes sont portées disparues, suite aux tsunamis et aux tremblements de terre survenus en septembre et décembre dans les îles de Sulawesi, Sumatra et Java occidental.

Auparavant, en juillet et août, une série de puissants séismes a rasé la majeure partie de l'île de Lombok, faisant environ 400 morts. Environ 20.000 personnes ont été évacuées.

L’Indonésie, un archipel de 17.000 îles et îlots formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne et eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique. – VNA