Washington (VNA) - Les promoteurs immobiliers américains se tournent vers une nouvelle source de capitaux bon marché en forte croissance en provenance du  Vietnam, a rapporté mardi 5 mars le Wall Street Journal.
 
Le programme EB-5 d’investissement est administré par l’USCIS (United States Citizenship and Immigration Services). Photo: Internet
 
Le pays de l’Asie du Sud-Est rattrape rapidement la Chine en tant que l’un des plus grands participants à l’initiative d’investissement étranger connue comme l’EB-5. Le programme propose des "cartes vertes" en échange d’investissements dans des entreprises américaines créatrices d’emplois ou des projets immobiliers.
 
Environ 20% des investissements de l’EB-5 dans l’immobilier américain proviennent désormais du Vietnam, contre 25% pour l’Inde et 30% pour la Chine, selon le quotidien financier américain.
 
Les ressortissants vietnamiens ont reçu 693 visas EB-5 au cours de l’exercice financier dernier, soit une augmentation par rapport aux 471 visas en 2017, a-t-il fait savoir.
 
Les promoteurs immobiliers annoncent leurs projets auprès d’investisseurs vietnamiens, y compris Related Companies, qui recherche 380 millions de dollars pour la troisième phase de développement de Hudson Yards, et Extell Development, qui recherche des investisseurs pour son projet Times Squares Hard Rock Hotel.

"Dans le passé, pour toute levée de capitaux à grande échelle, dépassant 50 ou 100 millions de dollars, en particulier à New York, vous deviez se rendre en Chine. Mais la plupart des grands promoteurs immobiliers new-yorkais qui étaient en Chine auparavant sont certainement tous au Vietnam à présent", a déclaré l’avocat en immigration, Phuong Lee, cité par le journal.

Cependant, malgré l’intérêt croissant du Vietnam pour l’EB-5, le volume global des investissements a encore sensiblement diminué et le temps d’attente estimé par le pays pendant plus de sept ans pour un visa pourrait éventuellement poser problème, a-t-il ajouté. 

Le visa EB-5 est issu d’un programme développé par le Congrès américain en 1990 visant à stimuler l’économie américaine par la création d’emplois et l’investissement des capitaux étrangers au sein des Etats-Unis. – VNA