Hanoi (VNA) - Selon les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les maladies non transmissibles (MNT) sont la principale cause de décès au Vietnam. Sept décès sur 10 sont liés aux MNT. En 2012, le Vietnam a enregistré 520.000 décès, dont 73% par des MNT soit 379.600 personnes et dont 43% de décès avant l'âge de 70 ans. Ces MNT représentent 66% du fardeau total des maladies.

Les campagnes de vaccination sont une mesure efficace de prévention des MNT.

Fumer, boire de l'alcool, ne pas manger assez de fruits et légumes, manger trop salé, manquer d'activités physiques ou encore l’obésité hypertonique, l’hypertension, l’hyperlipidémie sont autant de facteurs de plus en plus répandus favorisant les MNT. Et ce n’est pas prêt de s'arrêter.  

La prévention des MNT incombe aux dispensaires communaux

Selon la stratégie nationale de prévention et de contrôle du cancer, des maladies cardiovasculaires, du diabète, des maladies pulmonaire obstructive chronique, de l'asthme bronchique et d'autre MNT pour la période 2015-2025, la situation sera analysée en espérant un arrêt de la progression de ces maladies et des décès prématurés ainsi que des handicaps liés aux MNT.

Plus précisément, on attend une réduction de 30% du nombre de fumeurs, une réduction de 10% du nombre de personnes buvant de l'alcool, une réduction de 10% des personnes exerçant peu d'activité physique, une réduction de 30% des personnes mangeant trop salé, un contrôle des personnes atteintes de surpoids et d'obésité inférieur à 15%, une baisse du cholestérol à 35% et enfin de la pression artérielle à 30%.

La prévention de certaines maladies non transmissibles est très importante.

Pour atteindre ces objectifs, Truong Dinh Bac, directeur adjoint du département de médecine préventive (Ministère de la Santé), a déclaré lors d’une conférence récente à Hô Chi Minh-Ville: "La prévention de MNT est très importante. Alors, il faut renforcer la communication sur l’éducation sanitaire qui est prise en charge essentiellement par les dispensaires communaux et construire un environnement encourageant les changements de comportement et de pratique physique pour les populations. Plus précisément, les unités de santé communales devraient sensibiliser les autorités, les agences, les unités scolaires sur ces sujets, sans oublier les campagnes nationales de vaccinations”.

En plus, les établissements de santé des communes doivent procéder au dépistage précoce en matière de premiers soins pour les personnes à risques face aux MNT, conformément aux directives ministérielles et aux conditions matérielles et personnelles.

Pour diagnostiquer et traiter l’hypertension notamment, tous les dispensaires communaux doivent se montrer vigilants. La surveillance d’antécédents familiaux est indispensable afin de prévenir toutes complications. Ils se doivent de donner des conseils aux patients et à leurs proches pour des mesures de prévention à domicile via les changements de l’habitude de vie et /ou des visites médicales périodiques en fonction des progressions de certaines maladies. -CVN/VNA