Hanoi (VNA) – Le Vietnam devrait afficher une croissance exponentielle en 2018,  a indiqué mercredi 11 avril à Hanoi la Banque asiatique de développement (BAD) dans sa dernière édition de Perspectives du développement asiatique (Asian Development Outlook 2018).
 
Vue de la conférence de presse annonçant le rapport Asian Development Outlook 2018 de la BAD, le 11 avril à Hanoi. Photo : VNA

Poussée par l’augmentation des investissements directs étrangers, la croissance vigoureuse des exportations, le renforcement de l’agriculture et une demande intérieure soutenue, la croissance du produit intérieur brut (PIB) vietnamien devrait s’accélérer de 6,8% en 2017 à 7,1% cette année, puis se raffermir à 6,8% en 2019, a-t-elle prévu.
 
Le directeur national de la BAD au Vietnam, Eric Sidgwick, a déclaré à la presse que le Vietnam sera un des pays dont le taux de croissance est le plus élevé dans la région en 2018.
 
La croissance vietnamienne sera tirée par une forte expansion des industries manufacturières et des exportations, l’augmentation de la consommation intérieure, et le flux abondant de capitaux des entreprises à investissement direct étranger (IDE) et des entreprises nationales, ainsi que par l’amélioration du secteur agricole, a-t-il dit.
 
Selon la BAD, l’inflation augmentera légèrement mais restera modeste et l’excédent du compte courant se rétrécira. Combler le fossé grandissant des compétences du pays est essentiel pour rester attractif pour les investisseurs étrangers et soutenir la croissance.
 
Par secteur, les IDE solides devraient permettre à l’industrie de maintenir une forte dynamique de croissance. La construction devrait reprendre en 2018 et 2019, bénéficiant des engagements et des décaissements d’IDE record de l’année dernière.
 
Le secteur des services devrait soutenir la croissance en 2018 et 2019, les arrivées de touristes devant augmenter de 15% à 20% en 2018 et les prêts bancaires de 17% à 18%.
 
L’agriculture devrait rester sur une pente ascendante au cours des deux prochaines années, réalisant en 2018 pour l’essentiel une croissance qui correspond à l’objectif du gouvernement de 2,8% à 3,0%.
 
L’inflation devrait rester stable, s’établissant en moyenne à 3,7% cette année et à 4,0% en 2019, car la forte demande intérieure et les prêts bancaires élevés sont partiellement compensés par la stabilité des coûts intérieurs de l’alimentation et du transport et une hausse plus faible des prix de l’éducation, des soins de santé, de l’électricité et de l’eau.
 
L’excédent du compte courant devrait se réduire à 2,5% du PIB cette année et à 2,0% en 2019.
 
Les exportations de biens devraient augmenter de 15% à 20% en 2018 et 2019. Les envois de devises devraient rester solides grâce à l’amélioration des perspectives mondiales et à la stabilité du taux de change.
 
Le Vietnam dispose d’une main-d’œuvre abondante et efficace qui travaille pour des salaires relativement bas. Cela attire d’importants flux d’IDE, en particulier pour les industries manufacturières orientées vers l’exportation à forte intensité de main-d’œuvre. Depuis 2012, le secteur manufacturier a absorbé en moyenne 400.000 travailleurs par an.
 
Cependant, selon l’institution basée à Manille, aux Philippines, un déficit de compétences apparaît comme un obstacle à l’absorption de l’IDE et aux entreprises de manière plus générale.
 
Afin de remédier à ces lacunes, a-t-elle indiqué, le Vietnam devrait prioriser trois séries d’initiatives visant à renforcer ses universités et son système d’enseignement et de formation techniques et professionnels : élargir l’accès, améliorer la qualité et rationaliser la gouvernance. – VNA