Hanoi (VNA) – Le tourisme au pied du mont Ba Vi, en banlieue de Hanoi, est en passe de devenir un secteur économique clé du district. Il contribue à préserver la culture locale et à enrichir les habitants locaux.
 
Nhập mô tả cho ảnhLe site touristique Tan Dà au pied du mont Ba Vi. Photo: CVN

Le district de Ba Vi, à environ 40 km de Hanoi, possède de nombreux atouts dans l’écotourisme, le tourisme de villégiature, les loisirs ainsi que la découverte de lieux spirituels, agricoles et communautaires.

Le tourisme joue un rôle important dans l’amélioration des conditions de vie des ethnies minoritaires. "Le tourisme vert est une orientation de développement économique durable. Le district organise annuellement de grandes fêtes pour présenter et valoriser leur identité culturelle. Actuellement, plusieurs organisations et individus investissent dans le développement du tourisme communautaire et l’écotourisme afin de créer de nouveaux métiers pour les habitants locaux", a informé Dang Tiên Huu, chef adjoint du Bureau des affaires ethniques du district de Ba Vi. 

"Les métiers relatifs aux services d’hébergement ou de guide touristique conviennent bien aux jeunes issus d’ethnies minoritaires parce qu’ils leur apportent un revenu stable et l’occasion de partager leurs us et coutumes avec les visiteurs", a partagé Triêu Van Nghia, membre du groupe ethnique Dao, hameau de Hop Son, district de Ba Vi.

"Les jeunes eux-mêmes constatent que cette tendance leur ouvre de nouvelles opportunités professionnelles. Ils préfèrent choisir ces métiers et travailler dans des resorts que de devenir travailleurs saisonniers", a confié M. Nghia.

Valoriser les spécialités au service du tourisme

Pour les Dao, une ethnie minoritaire vivant au mont Ba Vi, leurs produits locaux comme com lam (riz gluant cuit dans des tiges de bambou), vêtements ornementés et, notamment, thuôc nam (herbes médicinales vietnamiennes) sont considérés comme le filon touristique à exploiter. Depuis une dizaine d’années, ils plantent beaucoup de thuôc nam au pied du mont. Avec la conservation de plus de 500 remèdes médicinaux précieux, ce métier les a aidés à développer l’écotourisme. Les habitants locaux ont vu leur ambition grandir et cherchent à profiter de cette manne pour développer leur économie.

Dans la commune de Vân Hoà, 90% des habitants sont d’ethnie Muong et vivent de la vente aux touristes de leurs spécialités locales comme jeunes pousses de bambou, plantes médicinales ou objets d’art et de souvenirs. "Il y a quelques mois, les autorités communales ont mobilisé les habitants afin d’améliorer une route et la relier au réseau provincial. Ces travaux permettront de réduire les embouteillages durant la haute saison touristique", a confié avec joie Nguyên Thi Ngoc Hà, vice-présidente du Comité populaire de la commune de Vân Hoà.

Toujours selon Mme Hà, le tourisme est un secteur clé de l’économie locale, contribuant à créer de nouvelles opportunités professionnelles en faveur de la population. "Pour que Vân Hoà devienne une destination attrayante sur la carte touristique du pays, les dirigeants et habitants souhaitent mettre en place davantage de zones de distraction", a-t-elle ajouté.

Des zones agricoles spécialisées
 
Le Ba Vi Homestay. Photo: CVN

Dans un but de développement, en lien avec l’amélioration des  conditions de vie des minorités ethniques dans les communes montagneuses de Ba Vi, Hanoi a confié au Service municipal du tourisme et au Comité populaire du district la mission d’édifier un système de tourisme communautaire relié à la production agricole.

La population participera directement aux activités de tourisme communautaire en proposant des services d’hébergement.

De son côté, afin de réaliser la promotion de la région de Ba Vi, la capitale soutiendra sa communication sur le site web et via des messages publicitaires.

Outre le développement de l’écotourisme, les sept communes du district de Ba Vi ont formé plusieurs zones concentrées de production agricole avec 375 modèles originaux. La culture des légumes dans la commune de Chu Minh rapporte 300 millions de dôngs/ha, l’élevage des lapins dans celle  de Câm Linh, plus d’un milliard/an, et celui des poissons à Phu Dông, 850 millions. D’autres cultures apportent des revenus confortables telles que celle du thé bio aux normes VietGAP, à Ba Trai et Yên Bài, ou encore l’élevage laitier dans les communes de Tan Linh, Vân Hoà et Yên Bài.

Les conditions de vie des habitants se sont grandement améliorées et le nombre de foyers pauvres s’est considérablement réduit. Le réseau de communication et d’établissements scolaires est performant et répond aux besoins de la population. – CVN/VNA