Un échange de vue enre le Premier ministre Nguyen Xuan Phuc et des groupes chinois. Photo: VNA

Hanoï  (VNA) – Le Premier ministre Nguyen Xuan Phuc a présidé le 4 novembre à Shanghai en Chine un échange de vue avec certains groupes chinois spécialisés dans l’agriculture, la finance, la banque, la construction, les transports…, à l’occasion de sa participation à la première Foire internationale des importations de Chine (CIIE 2018). 

Selon les statistiques de Chine, en 2017, le commerce bilatéral s’est chiffré à 120 milliards de dollars. Le Vietnam maintient sa position de premier partenaire important de Chine.

Selon Nguyen Xuan Phuc, le Vietnam nécessite chaque année 25 milliards de dollars pour développer les infrastructures et 138 milliards de dollars pour le développement du réseau électrique en 2030. Les fonds mobilisés pour ces secteurs proviennent de plusieurs ressources, dont le secteur privé.

Avec une vingtaine de produits agricoles disposant chacun d’une valeur d’un milliard de dollars, le Vietnam devient le 15e exportateur des produits agricoles du monde et le deuxième au sein de l’ASEAN. De nombreux produits du Vietnam dominent le marché comme le riz, le poivre, le café, la noix de cajou, les crevettes… De nombreux fruits vietnamiens répondent bien aux normes demandées par les Etats-Unis, le Japon, l’Australie, l’Europe…

Malgré ses avantages, les produits vietnamiens sont seulement connus par les consommateurs des localités du Sud de Chine. Ils n’arrivent pas encore à introduire profondément dans le marché chinois.

Alors, le Premier ministre vietnamien a souhaité une coopération des entreprises chinoises pour importer davantage des produits agricoles vietnamiens, ce pour égaliser la balance commerciale.

Les entreprises chinoises ont exprimé leur souhait d’investir et d’élargir leur investissement au Vietnam. Ils ont salué les efforts du gouvernement vietnamien pour améliorer l’environnement de l’investissement. Ils se sont déclarés prêts à soutenir pour introduire davantage les produits  vietnamiens dans le marché chinois.

Ils vont verser leurs fonds dans l’agriculture propre, les aliments à travers le transfert des techniques et l’investissement dans les infrastructures. -VNA