L’e-gouverment surfe sur la vague du Web

Selon le plus récent rapport des Nations unies sur l'e-gouvernement, le classement du Vietnam en la matière est passé du 90e rang en 2010 au 83e en 2012, et au 4e rang dans la région d'Asie du Sud-Est, derrière Singapour, la Malaisie et le Brunei.
Selon le plus récent rapport des Nations unies sur l'e-gouvernement, le classement du Vietnam en la matière est passé du 90e rang en 2010 au 83e en 2012, et au 4e rang dans la région d'Asie du Sud-Est, derrière Singapour, la Malaisie et le Brunei.

Selon le vice-Premier ministre Nguyên Thiên Nhân, chef du Comité national de pilotage sur les technologies de l’information (TI), l’option sur l’application des TI dans la gestion étatique, ou simplement sur l’e-gouvernement, a été réalisée depuis plusieurs années.

Actuellement, le pays est en train de suivre un programme quinquennal 2011-2015 sur l’application des TI dont l’objectif de l’e-gouvernement est de mieux servir les citoyens. Après quelques années de développement, le nombre de services publics en ligne sur le portail du gouvernement et des autorités est de plus en plus élevé.

Le pays compte à l’heure actuelle 9.800 services publics en ligne de premier et 2e niveau, 900 de 3e niveau, 11 de 4e et 5e niveau. C’est grâce au développement des services publics au cours de ces deux dernières années que la position de l’e-gouvernement du Vietnam a augmenté de 19 places par rapport en 5 ans et de 22 places en 6. Il s’agit d’un progrès encourageant.

Pourtant, le progrès de l’e-gouvernement ne suffit pas pour mieux servir les habitants et pour réaliser avec succès les objectifs de l’e-gouvernement d’ici 2020. Nguyên Thiên Nhân fait savoir qu’actuellement, en raison de l’écart sur les conditions socioéconomiques entre les différentes localités qui continue d’ailleurs à se creuser, l’application des TI n’est pas la même entre les habitants. De plus, le pays manque encore d’expériences dans ce domaine. C’est la raison selon laquelle, l’application des TI n’est pas réalisée de façon synchronique.

Face à cette situation, on doit déterminer deux tâches : valoriser les services améliorés proposés aux habitants et les élargir davantage. Notamment, il est nécessaire de fournir aux habitants des informations de qualité à différents échelons.

Actuellement, le nombre de services publics en ligne est en augmentation tandis que le nombre d’internautes reste limité. Pour attirer la participation des habitants dans l’application des services publics en ligne, selon M. Nhân, il est important de renforcer les activités de communication sur tous les échelons ; notamment dans les communes ou quartiers, où les habitants connaissent peu ces services. En dehors de la prise de conscience des habitants dans l’utilisation des services publics en ligne, il faut augmenter les opportunités des habitants dans l’utilisation de ces services. C’est pourquoi, il est important d’accélérer le programme d’un million d’ordinateurs connectés à Internet à tarif réduit pour les élèves. Les lieux publics fréquentés doivent être installés d’ordinateurs à bas prix au service des habitants. En outre, des aides de quelques entreprises seront nécessaires pour augmenter des espaces informatiques dédiés à ces services et le nombre d’ordinateurs dans les différentes localités.

Avec la décision du gouvernement et les initiatives des entreprises, le nombre d’habitants qui utilisent les services publics en ligne sera certainement en hausse. - AVI

Voir plus