Le 3e sommet des entreprises ASEAN-UE s'est ouvert samedi à Hanoi, dans le cadre de la 19e conférence des ministres de l’Economie de l’ASEAN et de la conférence consultative des ministres de l’Economie de l’ASEAN et du commissaire au commerce de l’UE.

Cet événement a été honoré par la présence du Premier ministre Nguyên Tân Dung, du haut commissaire au commerce de l’Union européenne (UE) Karel de Gucht, du secrétaire général de l’ASEAN Lê Luong Minh, les ministres concernés, plusieurs ambassadeurs ainsi que 700 entrepreneurs venus de l’UE et de l’ASEAN.

Ce sommet offre l’occasion aux entreprises aseaniennes et européennes de renforcer leurs liens de coopération, mais aussi de formuler des souhaits ou des suggestions en s’adressant aux autorités politiques.

L’ASEAN poursuit un objectif : l’édification d’une communauté, à fortiori économique. Cette communauté économique de l’ASEAN favorisera l’écoulement des fonds d’investissement et les échanges commerciaux. Elle offrira des opportunités de développement aux entreprises. Mais surtout, elle sera bénéfique aux 600 millions d’habitants de l’ASEAN, a souligné en ouverture le chef du gouvernement vietnamien.

De pair avec la mise sur pied d’une communauté économique, l’ASEAN s’emploie à s’intégrer au monde et à établir des partenariats, notamment avec l’Union européenne, pour un développement durable et une prospérité commune, a-t-il encore indiqué.

Nguyên Tân Dung a rappelé qu’au cours de ces 18 années écoulées, le Vietnam avait toujours été un membre actif et responsable de l’ASEAN, grâce à laquelle il poursuit sa politique d’intégration au monde. En 2013, de concert avec ses partenaires, le Vietnam entend oeuvrer à l’avènement d’une ASEAN solidaire et prospère.

En tant que coordinateur de la coopération économique ASEAN-Union européenne, le Vietnam soutient l’approfondissement et le développement de la coopération entre les deux régions. Le Vietnam est en train de devenir un canal important pour permettre aux investisseurs internationaux de prendre pied en ASEAN. C’est sur la base d’investissements efficaces que la coopération ASEAN-Union européenne pourra trouver son élan, a-t-il déclaré.

Les relations commerciales et les investissements entre l’ASEAN et l’UE ont le vent en poupe. Les échanges commerciaux ont augmenté de 12,6% en 2011 pour atteindre 234,8 milliards de dollars. L’an dernier, l’UE est restée le 3e partenaire de l’ASEAN et son plus gros investisseur étranger.

Nous apprécions, encouragons et favorisons la participation de la communauté des entreprises aux efforts conjoints de l'ASEAN et de l’Union européenne dans le renforcement des relations entre les deux blocs, a insisté le Premier ministre Nguyên Tân Dung. Une coopération efficace dans l’investissement et le commerce entre leur communauté des entreprises constitue une base et une contribution importante à la coopération réussie entre l’ASEAN et l’Union européenne.

Le commissaire européen au commerce, Karel de Gucht, a lui estimé que la présence de nombreuses entreprises de l'UE montre qu’elles font grand cas du marché aséanien. Il a aussi souligné la nécessité pour les deux parties d’accélérer vigoureusement la promotion de l’investissement, de se coordonner étroitement, d’assister les entreprises dans la création des valeurs, de la croissance et des emplois.

De son côté, le secrétaire général de l'ASEAN, Lê Luong Minh, a indiqué que l’économie mondiale en croissance comporte des risques tant en UE qu’en ASEAN, complexifie la situation macroéconomique. Mais les deux parties possèdent aussi des conditions favorables à leur développement économique et devraient ainsi de se coordonner étroiement pour faire face aux impacts de la crise économique mondiale.

Lê Luong Minh a hautement apprécié le rôle important du secteur privé et proposé aux gouvernements d'encourager sa participation aux activités d’investissement, d’éliminer les facteurs susceptibles de rendre instable la situation macroéconomique, et de procéder aux dialogues avec le secteur privé sur les stratégies et les marchés.

Après la séance d’ouverture, les délégués se sont répartis en six groupes pour des débats portant sur divers secteurs : agriculture, industrie, finances, infrastructures... Des pétitions relatives à l’environnement d’investissement et d’entreprise devraient être déposées au cours de ces réunions. – AVI