Hanoi (VNA) – L’Association de la pêche du Vietnam a protesté vigoureusement contre l’acte unilatéral de la Chine d’ajuster sa réglementation sur une pause de pêche en mer, y compris dans certaines eaux territoriales du Vietnam, le qualifiant de nul et non avenu.
 
L’Association de la pêche du Vietnam proteste contre l'interdiction chinoise de pêche en Mer Orientale. Photo : VNA

Elle a fait part de son opposition à la suite de la publication sur le site du ministère chinois de l’Agriculture des règles ajustées, effectives à partir du 12h00 du premier mai 2018 au 12h00 du 16 août 2018, sur l’interdiction de la pêche en mer, y compris dans certaines régions maritimes relevant de la souveraineté du Vietnam.

L’acte édicté unilatéralement par la Chine entrave les activités de prodution en mer des pêcheurs vietnamiens et viole la souveraineté du Vietnam sur l’archipel de Hoàng Sa (Paracels) et la région maritime du golfe du Bac Bô (golfe du Tonkin), a-t-elle dénoncé dans un texte.

Cet acte viole les droits et intérêts légaux du Vietnam sur ses eaux, ainsi que le droit international, dont la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982 (CNUDM) et les documents juridiques internationaux pertinents, a-t-elle poursuivi.

Il va également à l’encontre de l’esprit et du libellé de la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC) signée entre l’ASEAN et la Chine en 2002, n’est pas conforme à la tendance de développement des relations bilatérales dans le contexte actuel et n’apporte aucun avantage à la paix et à la stabilité dans la région, a-t-elle encore indiqué.

L’Association de la pêche du Vietnam proteste avec véhémence contre cet acte unilatéral et sans valeur juridique de la Chine. La décision chinoise est donc nulle et non avenue, a-t-elle déclaré.

Elle a demandé aux organes compétents de prendre des mesures efficaces pour faire arrêter cet acte, d’avoir une présence permanente des navires chargés de l’application de la loi visant à mieux protéger les pêcheurs, créant des conditions leur permettant d’exercer leurs activités en toute quiétude dans les eaux territoriales du Vietnam.

Le Vietnam a affirmé à plusieurs reprises disposer de preuves juridiques et historiques suffisantes pour affirmer sa souveraineté sur les archipels de Hoàng Sa (Paracels) et de Truong Sa (Spratleys), ainsi que ses droits légitimes sur ses eaux conformément à la CNUDM. – VNA