Les représentants ​de la KOICA et de l'UNFPA signent un accord sur la mise en œuvre du projet de lutte contre la violence contre les femmes et les filles au Vietnam. Photo : CPV

Hanoï (VNA) - Le projet « Construire un modèle de soutien pour prévenir la violence contre les femmes et les filles au Vietnam et de consultation sur les services essentiels pour les victimes de la violence sexiste » a été lancé le 16 janvier à Hanoi.

Ce projet est réalisé par le ministère vietnamien du Travail, des Invalides et des Affaires sociales (MOLISA), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) au Vietnam et l'Agence sud-coréenne de coopération internationale (KOICA).

Le projet dispose d'un budget total de 2,56 millions de dollars pour la période 2018-2020, dont 2,5 millions de dollars ​d'aides publiques au développement de la KOICA et de l'UNFPA.

Dans le cadre du projet, un centre de soutien aux victimes de violences sera construit dans la province de Quang Ninh (Nord) et différentes campagnes seront lancées sur la prévention de la violence contre les femmes.

S'exprimant lors de la cérémonie, le vice-ministre du Travail, des Invalides et des Affaires sociales, Doan Mâu Diêp, a déclaré que le gouvernement vietnamien avait fait de grands efforts pour assurer l'égalité des sexes et prévenir la violence faite aux femmes et aux filles.

Le Mois national d'action pour l'égalité des sexes et la prévention et la maîtrise de la violence à l'égard des femmes et des filles, organisé chaque année du 11 novembre au 11 décembre, a donné de bons résultats, a-t-il déclaré.

Cependant, le travail rencontre encore des obstacles ​faute de services de consultation psychologique, juridique et médicale.

Il a exprimé sa gratitude à l'UNFPA et à la KOICA pour leur aide, avant de souligner que le lancement du projet avait marqué le début de la coopération des ces deux organisations et son ministère pour assurer une société sans violence contre les femmes et les filles.

La présidente de la KOICA, Lee Mi-kyung, a déclaré que la violence sexiste restait un gros problème dans les pays développés et en développement, affectant les femmes de différents milieux socio-économiques.

La violence a de graves conséquences non seulement pour les victimes, mais aussi pour le développement des nations, a-t-elle déclaré.

Lee Mi-kyung a confirmé que le projet aiderait à protéger les droits des femmes, à promouvoir l'égalité des sexes et à renforcer la coopération entre la République de Corée et le Vietnam. -NDEL/VNA