Hanoi (VNA) - La tour de la Tortue est située au cœur du lac Hoàn Kiêm. Sans être l’emblème officiel de Hanoï, il n’en est pas moins un symbole affectif, le motif qui évoque la capitale, comme la tour Eiffel à Paris ou la statue de la Liberté à New York.

Le lac Hoàn Kiêm by night avec la charmante tour de la Tortue illuminée. Photo : Anh Tuân/CVN

Chaque matin, à six heures, la Radio Hanoï s’annonce par une chanson assez romantique intitulée Nhớ về Hà Nội (En se souvenant de Hanoï) : 

«Où que nous soyons aux quatre coins du monde
Notre cœur est tourné vers Hanoï.
Hanoï, notre capitale chérie.
Sous les bombardements comme en temps de paix, les vieilles rues somnolent»...


La tour de la Tortue (Tháp Rùa) était présente durant les longues veilles des maquisards de nos deux guerres. Lieu de nostalgie pour beaucoup de Vietnamiens disséminés dans le monde, «boat-people» ou autres.

Un emblème attaché à une légende 

La tour de la Tortue est bâtie sur un îlot minuscule, au milieu du lac Hoàn Kiêm (Lac de l’Épée restituée), dans la partie sud, îlot où parfois des tortues viennent se chauffer au soleil. Rappelons que d’après la légende, au XVe siècle, le roi Lê Thai Tô, après avoir chassé les envahisseurs chinois Ming, se trouvait dans une barque, sur le lac ; le génie Tortue émergea pour reprendre l’épée sacrée qu’il lui avait prêtée. De là le nom de lac Hoàn Kiêm, lac dans lequel vécut jusqu’en janvier 2016 une tortue géante d’environ 500 ans (voir encadré).


La tortue géante a véçu dans le lac Hoàn Kiêm jusqu’en janvier 2016. Photo : Archives/CVN

Alors que le temple de la Montagne de Jade (temple Ngoc Son) situé sur un autre îlot du Lac tire fierté de ses titres de noblesse, comme temple confucéano-taoïste édifié sur le site d’un palais seigneurial (XVIe-XVIIIe siècle), la tour de la Tortue n’est qu’un vulgaire petit pagodon à base carrée, construit vers 1886, au lendemain de la conquête française. Le créateur Ba Kim était un petit mandarin (bang tá) à la solde des administrateurs coloniaux qui l’employaient comme agent à tout faire à Hanoï. Adepte de la géomancie, il voulut, une fois le pagodon bâti, y inhumer les ossements de son père. Mais son projet tomba à l’eau !

Une anecdote circulait au sujet de la fille de Ba Kim qui tenait boutique rue des Plateaux (Hàng Khay), au bord du lac. En 1886, parmi les 5.000 lettrés candidats au concours triennal régional, plusieurs groupes indignés par le langage irrévérencieux de la fille du traître, saccagèrent sa boutique. Les Français saisirent la nuance politique de cette manifestation. Ils fermèrent le Centre des concours de Hanoï, afin de le transférer au Centre de Hà Nam qui pouvait être contrôlé plus facilement.

Un ouvrage qui embellit le lac Hoàn Kiêm

Revenons à la tour de la Tortue. Comment se fait-il que ce pagodon insignifiant, d’un style architectural hybride avec ses ouvertures en ogive, enfanté par un traître à la nation dans un but inavouable, ait pu avec le temps devenir un haut lieu de la mémoire de Hanoï, au même titre que la pagode au Pilier unique ou le temple de la Littérature qui datent du XIe siècle ?

C’est que, depuis près de 100 ans, il est devenu une image familière du lac de l’Épée restituée, havre de paix et de fraîcheur, au cœur des quartiers surpeuplés. Les générations se sont succédées, on a oublié ou décidé d’ignorer son constructeur ; l’impression choquante des ogives est émoussée. Les couples d’amoureux appuyés contre les saules pleureurs au bord du lac se sont habitués à son aspect : l’effet pont Mirabeau d’Apollinaire. Puis, en toile de fond se sont greffées des images patriotiques : le drapeau révolutionnaire hissé subrepticement au sommet de la tour au temps de l’occupation étrangère. Et voilà la cristallisation sentimentale achevée.

Il faut reconnaître d’autre part qu’avec ses dimensions et ses proportions raisonnables, la mousse qui le recouvre et l’herbe qui folâtre à son pied, la tour s’insère harmonieusement dans le cadre du lac. Il y a un peu plus de 20 ans, la municipalité a voulu le moderniser en badigeonnant ses murs et en aménageant des sentiers. La presse a réagi par une telle campagne qu’on a dû le remettre en son ancien état. On ne peut ravir au peuple ce qui déjà fait partie de son âme.

La légendaire tortue géante de Hoàn Kiêm s’en est allée

La tortue géante du lac Hoàn Kiêm, l’un des derniers spécimens de son espèce, s’est éteinte le 19 janvier 2016, de cause naturelle au cœur de la capitale vietnamienne Hanoï. Observée dans le célèbre lac de l’Épée restituée depuis les années 1990, cette tortue à carapace molle, Rafetus swinhoei, a été retrouvée morte dans l’après-midi du 19 janvier, flottant dans les eaux, aux abords de la rue Lê Thai Tô. Au début d’avril 2011, la capture du grand chélonien pour des soins médicaux avait attiré l’attention de milliers de curieux à Hanoï.

Selon les médias locaux, elle avait été blessée par des hameçons et de petites tortues de Floride apparues dans le lac ces dernières années. Le Comité populaire municipal a décidé de transporter l’«arrière-grand-mère tortue», comme l’appellent avec respect les Hanoïens, au Musée national de la nature du Vietnam, dépendant de l’Académie des sciences et technologies du Vietnam. -CVN/VNA