La gymnastique artistique au défi des ASIAD 17

 Avec des sportifs de classe mondiale, la gymnastique artistique demeure le plus grand espoir de médaille(s) d’or du Vietnam durant les 17es Jeux asiatiques (ASIAD 17), en septembre prochain à Incheon, République de Corée. Mais la concurrence s’annonce féroce…
 Avec des sportifs de classe mondiale, la gymnastique artistique demeure le plus grand espoir de médaille(s) d’or du Vietnam durant les 17es Jeux asiatiques (ASIAD 17), en septembre prochain à Incheon, République de Corée. Mais la concurrence s’annonce féroce…

Avec l’athlétisme, le tir, le karaté, le taekwondo et le wushu, la gymnastique artistique figure dans la liste des six disciplines dites «cibles». En d’autres termes, elles ont pour mission d’aider le Vietnam à remplir son objectif de remporter deux ou trois médailles d’or aux ASIAD 17 en République de Corée.

Pour l’heure, les principaux espoirs reposent sur les épaules de Phan Thi Hà Thanh, Nguyên Hà Thanh ou encore de Pham Phuoc Hung.

Les forces en presence

En 2013, l’absence de la gymnastique artistique dans le programme des compétitions des 27es Jeux sportifs d’Asie du Sud-Est (SEA Games 27) a été un véritable «crève-cœur» pour le monde du sport vietnamien, cette discipline est considérée comme la «mine d’or» du Vietnam, du moins sur l’arène régionale. Privés de ces jeux, certains en ont profité pour faire parler d’eux lors de grandes compétitions internationales. Lors de l’Osijek Challenge Cup 2013, en septembre dernier, en Croatie, l’équipe vietnamienne est revenue avec trois médailles autour du cou : au saut de cheval, Nguyên Hà Thanh a remporté l’or et son compatriote Hoàng Cuong, le bronze, tandis que chez les femmes, toujours au saut de cheval, Phan Thi Hà Thanh a, elle aussi, pris le bronze. À signaler que plus tôt dans l’année, cette dernière avait remporté une médaille d’or et une d’argent lors de deux compétitions – en France et en Allemagne – appartenant à la World Challenge Cup (Coupe du monde), aux barres parallèles et au saut de cheval, en présence des meilleurs gymnastes de la planète.

Plus récemment, le 26 avril à l’Osijek Challenge Cup 2014, celle surnommée la «fille en or» de la gymnastique vietnamienne a décroché l’or de la finale féminine du saut de cheval avec une note de 14,525 points. Lors de la dernière journée de compétition, le 27 avril, elle est également montée sur la plus haute marche du podium à la poutre. Son coéquipier Pham Phuoc Hung a, quant à lui, remporté l’argent aux barres parallèles avec 15,625 points.

Le gratin mondial au rendez-vous

Avec de tels représentants, le Vietnam se pose comme un candidat légitime pour décrocher au moins un titre aux ASIAD 17. Cependant, Nguyên Kim Lan, directrice de la section gymnastique artistique du Département de l’éducation physique et des sports, avertit que toute projection est futile, d’autant plus que la concurrence sera rude ici, avec les meilleurs spécialistes mondiaux (Chine, Japon, République de Corée et Ouzbékistan).

Pour l’heure, aux agrès, nos «têtes d’affiche» se distinguent surtout au saut de cheval féminin et masculin (avec les «deux Thanh») et aux barres parallèles (Phuoc Hung). Mais, encore une fois, les autres nations ne leur rendront pas la partie facile, doux euphémisme. En saut de cheval masculin, le Sud-Coréen Yang Hak Seon, champion olympique et du monde en titre, partira avec l’étiquette d’immense favori de l’épreuve. La possibilité de voir Nguyên Hà Thanh lui «griller la politesse» semble infinitésimale. Avoir une médaille serait déjà une superbe performance, lorsque l’on voit ses adversaires japonais et chinois, habitués à truster les podiums lors des grandes compétitions...

Situation identique aux barres parallèles, épreuve où Pham Phuoc Hung et Nguyên Hà Thanh s’illustrent souvent lors des compétitions internationales. Ils devront rivaliser avec le Japonais Kohei Uchimura et le Chinois Lin Chaopan, tous deux déjà sacrés champions du monde - à six reprises pour le premier nommé.

En rappelant les résultats des gymnastes vietnamiens lors de la dernière manche de la Coupe du monde disputée fin mars à Doha (Qatar), Nguyên Kim Lan souligne : «Les probabilités de médaille d’or aux prochains ASIAD, bien que peu élevées, sont réelles. Cependant, réaliser une +perf+ le jour J dépend de nombreux éléments, le facteur chance entrant aussi en considération. Pour preuve, à Doha, nous n’avons remporté qu’une médaille de bronze, à la poutre grâce à Phan Thi Hà Thanh. En saut de cheval, sa spécialité, elle n’a même pas passé les éliminatoires, pénalisée par une faute technique...».

Quant à Nguyên Hà Thanh, la question de le voir aux ASIAD 17 demeure en suspens, le gymnaste venant de se faire opérer suite à une importante blessure. Un coup du sort qui lui a fait manquer la manche sud-coréenne de la Coupe du monde, du 16 au 21 avril.

Selon Nguyên Kim Lan, outre les ASIAD 17, les Championnats du monde de gymnastique artistique - prévus début octobre prochain en Chine - demeurent le premier objectif de cette année. En participant aux Championnats du monde, les gymnastes auront l’opportunité d’inscrire des points précieux en vue d’une qualification pour les Jeux olympiques de 2016, à Rio de Janeiro, au Brésil. – VNA

Voir plus