Hanoi (VNA) – "La protection de l’environnement est un sujet fondamental pour l’avenir de notre planète", a affirmé Bertrand Lortholary, ambassadeur de France au Vietnam, lors d’une rencontre de presse sur les thématiques de développement durable.

La rencontre de presse sur les thématiques de développement durable, le 31 mai à Hanoi. Photo: CVN

 
Dans la perspective de la Journée mondiale de l’environnement (5 juin), l’ambassade de France au Vietnam a organisé le 31 mai une rencontre de presse réunissant des chercheurs français de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), de Paris région expertise - Vietnam (PRX Vietnam), du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), de l’Agence française de développement (AFD) et de plusieurs journalistes vietnamiens.

"Pour la France, le combat contre le changement climatique a pris une dimension nouvelle avec la COP 21 qui a abouti à la signature de l’Accord de Paris", a souligné Bertrand Lortholary dans son discours d’inauguration. La politique du président Emmanuel Macron souligne toujours "la nécessité de la protection de l’environnement". La promotion des énergies renouvelables, de la biodiversité, le renforcement de la résilience... sont toujours placés au cœur de tous les choix économiques.

"La France a choisi de faire de l’environnement un des thèmes centraux de sa présidence du G7 cette année", a poursuivi l’ambassadeur.  Et d’ajouter que "l’environnement est un bien commun que nous défendons de façon permanente dans l’ensemble des enceintes multilatérales mais également dans nos coopérations bilatérales aujourd’hui dans le monde".
 
La France aux côtés du Vietnam 
 
D’après l’ONU, le Vietnam est 8e pays au monde le plus exposé aux conséquences du changement climatique, d’une part par la longueur de son littoral mais également par la présence et la fragilité de ses deux grands deltas du Mékong et du fleuve Rouge, et cela accentué par le rythme de développement du pays.

Face à ces défis, la France a choisi d’être résolument aux côtés du Vietnam. "Nous avons privilégié le thème du changement climatique dans notre coopération avec le Vietnam", a insisté l’ambassadeur.

La France a accordé au Vietnam des moyens financiers très importants à travers l’Agence française de développement. Depuis les années 1990, ce sont près de 2 milliards d’euros d’engagement qui ont été injectés par l’Agence française de développement, dans 80 projets. Au Vietnam, la stratégie de l’Agence française de développement privilégie 3 axes: la transition énergétique, la résilience des villes et la jeunesse.

La France a également intensifié son partenariat scientifique avec le Vietnam. Les projets de recherche se focalisent sur le développement de l’agriculture respectueux de l’environnement, la conception d’un développement urbain plus durable, la promotion des politiques de recyclage, de traitement des déchets…

"Nous avons contribué à mieux informer les pouvoirs publics et les citoyens vietnamiens sur l’ampleur des défis de l’environnement d’aujourd’hui et de demain, et sur l’éventail des choix possibles pour répondre à ces défis, pour mesurer les effets des politiques qui sont mis en œuvre et également pour prédire les conséquences", a informé l’ambassadeur.

L'ambassadeur de France au Vietnam, Bertrand Lortholary. Photo: CVN

 

En aout 2018, l’ambassade de France au Vietnam a remporté le Grand prix du concours "Ambassade verte" organisé chaque année depuis 2017 pour son projet "Ambassade et nature: vivre la biodiversité au Vietnam".
 
Des chercheurs français partagent leurs connaissances 

Lors de cette rencontre de presse, les chercheurs français ont présenté des interventions sur divers sujets tels la pollution de l’air, la gestion des déchets ou le développement durable. L’occasion également de revoir des projets déployés au Vietnam.
 
"La pollution de l’air, notamment en zone urbaine, est le principal risque environnement pour la santé dans le monde. On estime qu’elle est la cause d’environ un décès sur six", a informé Benoit Gaudou de l’IRD. Pour Xavier Mari, toujours chercheur de l’IRD, la pollution de l’air est plus importante dans les villes d’Asie parce que ces dernières sont de grands utilisateurs d’énergie; et un pays comme le Vietnam n’échappe pas à cette règle. Il a mis l’accent sur la nécessité de politiques qui limitent au maximum l’utilisation énergétique.

"Le développement économique de Hanoi s’accompagne d’une augmentation des volumes de déchets liée notamment aux modifications des modes de consommation", a informé Marie-Lan Nguyen Leroy, chercheur de PRX - Vietnam. Les décharges de la capitale manquent toutes de place et les infrastructures de traitement connaissent actuellement de grandes difficultés pour faire face à l’augmentation rapide des volumes. De même, l'impact environnemental de ces déchets reste encore peu connu.

"Pour la réduction des déchets, on a énormément de choses à faire: nous militons pour une action commune. Les autorités publiques doivent soutenir la réduction des déchets et les entreprises privées doivent être éco-responsables. Pour les citoyens, une consommation de produits respectueux de l’environnement est conseillée", a suggéré Marie-Lan Nguyen Leroy.

Les chercheurs ont également discuté de la sécurité sanitaire, des défis et enjeux de la transition agro-écologique. – CVN/VNA