Hanoi (VNA) – Le pangasius vietnamien et les produits à base de ce poisson à chair blanche sont à ce jour présents sur plus de 150 marchés du monde, notamment les États-Unis, l’Union européenne et la Chine, et dernièrement, le Japon et la République de Corée.

Le pangasius, produit d’exportation phare de la province de Long An. Photo: CVN

Vo Dông Duc, directeur de la Compagnie par actions d’exportation des produits aquatiques de la ville de Cân Tho (delta du Mékong), apprécie toujours les marchés américain et européen en dépit de leurs barrières techniques, car ces marchés considèrent la qualité comme leur première priorité.

Il a indiqué que si le volume total d’importations de pangasius vers la Chine était élevé, les transactions étaient souvent effectuées par de petits détaillants, ce qui pousserait, selon lui, à la question de manipulations des tarifs d’achat et de vente au cas où les éleveurs ne seraient pas suffisamment informés de ces risques.

Les entreprises vietnamiennes sont conscientes que la diversification des marchés à l’export s’avère nécessaire, de même que l’aménagement et le contrôle de régions de matières premières.

Actuellement, les autorités de la province d’An Giang (Sud) ont demandé aux éleveurs locaux de développer des régions de matières premières aménagées par la province.

L’extension des régions d’élevage ne sera encouragée qu’une fois la mise à jour des études du marché réalisées par les institutions concernées, selon Trân Phung Hoàng Tuân, adjoint au Département des produits aquatiques, relevant du Service provincial de l’agriculture et du développement rural.

Nguyên Huu Chuyên, directeur de la Coopérative d’élevage des pangasius du district de Châu Phu (province d’An Giang), a estimé que les prix de ventes des pangasius en début d’année étaient positifs, mais que sur le long terme, la filière se verrait contrainte de stabiliser l’offre.

Afin de ne pas laisser les marchés importateurs manipuler les tarifs d’achat et de vente, Vu Van Tam, vice-ministre de l’Agriculture et du Développement rural, a demandé aux autorités locales d’informer les éleveurs et de veiller sur la densité et l’envergure d’élevage, tout en valorisant l’image des pangasius sur le marché international. D’ici 2020, un chiffre d’affaires de 2 à 2,2 milliards de dollars est réaliste.

En juin, le pangasius a rapporté plus de 200 millions de dollars au pays, en hausse de près de 33% en glissement annuel, portant le chiffre à six mois à environ un milliard de dollars, en hausse de 21%, selon l’Association des exportateurs et producteurs de produits aquatiques du Vietnam (VASEP).

Actuellement, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a confié au Département général de l’aquaculture la tâche d’élaborer un projet de développement des marques de crevettes et de pangasius intitulé "Améliorer la compétitivité du secteur aquacole dans le contexte d'intégration économique mondiale du Vietnam". – CVN/VNA