Hanoi, 31 juillet (VNA) -  Les efforts du Vietnam pour concrétiser son engagement de doubler le nombre de tigres sauvages d'ici 2022 sont confrontés à de nombreux défis.

Le pays s'était engagé sur ce point lors du Sommet mondial du tigre tenu à Saint-Pétersbourg, en Russie, en 2010.

Photo d'illustration (ENV)


En avril 2014, un programme national de conservation des tigres jusqu'en 2022 a été approuvé dans le but de les protéger, leur habitat et leurs proies afin de contribuer à enrayer le déclin et à améliorer progressivement leur population.

Le 29 juillet, le Fonds mondial pour la nature (WWF) a déclaré que, si le nombre de tigres sauvages au Vietnam était inférieur à cinq en 2016, le nombre de captifs et de victimes de la traite s'élève à des centaines.

En 2017 et 2018, l'Education pour la Nature du Vietnam (ENV) a enquêté sur 17 établissements privés et a constaté que le pays comptait 296 tigres, dont 244 dans des établissements privés et 52 dans des zoos et des centres de conservation appartenant à l'État. Le nombre de tigres en captivité est passé de 54 en 2009 à 201 en 2017.

Entre temps, des peaux et des os d'au moins 228 tigres ont été saisis parmi les 600 cas de trafic d'espèces sauvages découverts au Vietnam ces 15 dernières années.

Les réseaux de trafiquants poussent les tigres au bord de l'extinction, a déclaré l’ENV, ajoutant qu'en 2017 et 2019, elle aurait enregistré 2.650 violations, dont 527 concernent la publicité, principalement sur les réseaux sociaux; 19 impliquant le stockage de parties ou de produits de tigre; et 24 affaires de trafic.

Des violations ont également été continuellement découvertes au cours du premier semestre 2019.

La vice-directrice d'ENV, Nguyen Phuong Dung, a déclaré qu'elle espérait que les autorités traiteraient strictement ces infractions afin de lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages, qui se complique au Vietnam.

La Journée internationale du tigre (29 juillet) est une occasion de sensibiliser davantage les gens du monde entier au tigre. Les organisations de conservation ont appelé à des efforts communs pour protéger les tigres et dire "non" aux produits à base de tigre afin que ce félin ne connaisse pas le même destin que le rhinocéros de Java, qui s'est éteint au Vietnam en 2010. - CPV/VNA