Hanoi (VNA) - L’accord de libre-échange UE-Vietnam (EVFTA) qui sera signé dimanche 30 juin à Hanoi apporte à la fois des opportunités et des défis au Vietnam, les entreprises nationales doivent donc être vraiment prêtes à en tirer pleinement parti, a déclaré Sebastian Eckardt, économiste en chef de la Banque mondiale (BM) au Vietnam.
 
Sebastian Eckardt, économiste en chef de la Banque mondiale au Vietnam. Photo: VNA

Dans une interview accordée à l’Agence vietnamienne d’information (VNA), l’économiste a déclaré que l’EVFTA est un accord commercial important après l’accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP) que le Vietnam a ratifié à la fin de l’année dernière et qui est entré en vigueur au début de cette année.

L’EVFTA est un autre grand accord de libre-échange important en raison de la taille du marché", a-t-il déclaré, ajoutant que l’UE est le deuxième marché d’exportation du Vietnam.

Selon l’économiste, le Vietnam et Singapour sont deux économies de l’ASEAN qui ont conclu un accord commercial aussi approfondi et intégral avec l’UE. Cela offrira des avantages au Vietnam dans des domaines tels que la transformation des produits alimentaires et l’agriculture.

Concernant la situation économique du Vietnam, Eckardt a indiqué qu’après une croissance exceptionnellement forte en 2018, la BM constate certains signes de ralentissement de l’activité économique depuis le début de l’année.

Il y a deux principales raisons, selon lui. Premièrement, la croissance mondiale a ralenti, ce qui a affecté la demande extérieure, en particulier dans le secteur manufacturier, le secteur manufacturier à vocation exportatrice, qui constitue un élément important et brillant de l’économie vietnamienne. Deuxièmement, il existe certains facteurs nationaux, notamment l’impact de la peste porcine africaine sur la production agricole.

La croissance économique du Vietnam reste robuste cette année malgré quelques difficultés, a-t-il ajouté, ajoutant que la BM n’a pas changé ses perspectives pour cette année et prévoit une croissance de 6,6%, en baisse par rapport à 7,1% l’année dernière.
Il a souligné que le secteur manufacturier était le moteur de la croissance économique du Vietnam avec une augmentation moyenne de 11 à 12% au cours des quatre dernières années.

Le secteur est tiré par l’augmentation des investissements directs étrangers, grâce aux accords de libre-échange qui ont été signés, selon Eckardt.

Il a également souligné le potentiel des services et de l’agriculture, suggérant que le Vietnam augmente la valeur des produits agricoles en mettant l’accent sur la transformation afin de créer une chaîne de valeur plus élevée à long terme. -VNA