La BAD maintient ses previsions de croissance economique pour le Vietnam hinh anh 1Photo: Vietnam+

La Banque asiatique de développement (BAD) a décidé de maintenir ses prévisions de croissance pour le Vietnam à 6,5% en 2022 et 6,7% en 2023, comme celles prévues dans son rapport «Asian Development Outlook» (ADO) d’avril 2022.

La croissance du Vietnam continuera d'être stimulée par l'expansion des activités commerciales, la reprise plus rapide et plus forte que prévu du secteur manufacturier et des voyages intérieurs ainsi que l'amélioration du taux de décaissement des investissements publics, selon le supplément ADO 2022 de la BAD publié le 21 juillet. Néanmoins, la montée des prix mondiaux des matières premières, en particulier des cours du pétrole, exacerbera les pressions inflationnistes.

Cependant, l'approvisionnement alimentaire abondant dans le pays aidera le Vietnam à limiter l'inflation en 2022. Par conséquent, la BAD prévoit que celle-ci soit de 3,8% en 2022 et de 4% en 2023, ce qui est inchangé par rapport aux prévisions d'avril dernier.

Au sujet de la croissance économique, dans son rapport “Vietnam at a glance” récemment publié, la banque HSBC a relevé ses prévisions de croissance pour le Vietnam à 6,9% en 2022 contre 6,6% prévu en avril. Dans le même temps, HSBC a abaissé sa prévision de croissance du Vietnam pour 2023, de 6,7% à 6,3%.

HSBC prévoit que le Vietnam pourrait faire face à une inflation moyenne de 3,5% en 2022, mais le taux d'inflation pourrait dépasser le plafond de 4% à certains moments.

Grâce à une forte reprise, le PIB du Vietnam au deuxième trimestre 2022 a augmenté de façon spectaculaire de 7,7 % par rapport à la même période l'an dernier. Le secteur des services, qui a subi de plein fouet les conséquences économiques de l'épidémie de COVID-19, a également connu une reprise impressionnante.

Quant à United Overseas Bank (UOB), basée à Singapour, cette banque a relevé le 30 juin ses prévisions de croissance pour le Vietnam pour cette année à 7%, contre 6,5% prévu le 22 juin dernier, sous réserve qu’aucune autre perturbation due au Covid-19 n’ait lieu et que l’économie progresse d’environ 7,6 -7,8% au deuxième semestre.

Cette révision s’explique principalement par une forte croissance du Produit intérieur brut (PIB) du Vietnam de 7,7% au deuxième trimestre, annoncée mercredi 29 juin par l’Office général des statistiques tandis que les institutions de recherche et UOB tablaient respectivement sur 5,9% et 6%.

Ce rebond est tiré par l’accélération de l’activité de production au quatrième trimestre consécutif et le redressement vigoureux des services, a indiqué la banque, notant que l’activité est revenue à la normale à mesure que les restrictions liées au COVID-19 sont assouplies et que les frontières sont rouvertes.

Au premier semestre, le PIB du Vietnam a augmenté de 6,4% en glissement annuel, grâce notamment à une croissance de 9,7% du secteur manufacturier et de 6,6% des services.

Dans son supplément ADO 2022, la BAD a abaissé ses prévisions de croissance économique pour les pays en développement d'Asie et du Pacifique à 4,6% cette année en raison d'un ralentissement de la croissance en Chine, d'un resserrement de la politique monétaire dans les économies développées et des tensions russo-ukrainiennes. Cette perspective est inférieure à sa prévision précédente de 5,2% en avril dernier.

Le rapport indique que l'Asie et le Pacifique poursuivent leur rétablissement après la pandémie de COVID-19. De nombreux pays assouplissent les restrictions à la mobilité, ce qui renforce automatiquement l'activité économique. Cependant, la croissance a ralenti en Chine, la plus grande économie de la région, en raison des perturbations causées par les nouveaux confinements liés au COVID-19, ainsi que de la baisse de la demande mondiale.

"L'impact économique de la pandémie a diminué dans la majeure partie de l'Asie, mais nous sommes loin d'une reprise complète et durable", a déclaré Albert Park, économiste en chef de la BAD. "En plus du ralentissement en Chine, les retombées de la guerre en Ukraine ont ajouté à la pression inflationniste qui pousse les banques centrales du monde entier à relever les taux d'intérêt, agissant comme un frein à la croissance.

"Il est crucial de répondre à toutes ces incertitudes mondiales, qui continuent de poser des problèmes pour une reprise durable de la région", a-t-il conclu. –VietnamPlus