Hô Chi Minh-Ville (VNA) – Hô Chi Minh-Ville a examiné la possibilité d’appliquer le modèle de bus à haut niveau de service (BRT) de la Suède, lors d’une conférence tenue mercredi 13 décembre.
 
Vue de la conférence sur la recherche de solutions aux transports en commun, le 13 décembre à Hô Chi Minh-Ville. Photo : VNA
 
La ville fait face à de nombreux défis dans le développement des infrastructures urbaines, tels que les embouteillages, la pollution, les inondations, l’explosion du nombre de véhicules personnels, a fait savoir le directeur du Service municipal des communications et des transports, Bui Xuân Cuong.

Cet établissement gérait jusqu’en août dernier un parc de véhicules de près de 7,5 millions de motocyclettes et plus de 660.000 voitures. Et ce chiffre va sans compter environ un million de véhicules portant la plaque d’autres provinces.

La croissance annuelle des rues n’atteint que 6,7% en superficie, et les 145 lignes de bus et 54 au service des ouvriers sont loin de répondre aux besoins de mobilité d’une ville d’environ 13 millions d’habitants.

Le volume de transport de passagers s’est établi à 604 millions en 2017 et devrait atteindre 709 millions en 2018. Les transports en commun devraient répondre à 15-20% des besoins à l’horizon 2020, contre 10% à présent.
 
Investir dans le BRT étant moins cher, plus efficent et moins polluant que le métro, Hô Chi Minh-Ville étudiera donc le développement de ce mode de transport en consultant le modèle suédois, a indiqué Bui Xuân Cuong.

Vivianne Gillman, conseillère commerciale de l’ambassade de Suède au Vietnam, a déclaré que le BRT a été déployé en Suède depuis plus de 40 ans et que ce modèle est maintenant appliqué avec succès dans de nombreux pays développés. 

La mégapole du Sud prévoit de mettre en service la première ligne de BRT et le premier métro en 2020. - VNA