Truong Thi Mai, présidente de la Commission centrale de sensibilisation auprès des masses, s’exprime lors de l’événement, le 12 août à Hanoï.
Photo: CVN

Hanoi (VNA) - Ces dernières années, le cadre juridique et les politiques en faveur des minorités ethniques dans les régions montagneuses n’ont pas cessé de s’améliorer. Ces progrès permettent de mobiliser les ressources nécessaires pour répondre aux besoins des minorités ethniques, des femmes en particulier, et de leur faciliter l'accès aux services sociaux.

Un séminaire ayant pour thème "Défis et solutions pour ne pas délaisser les femmes des ethnies minoritaires" s’est tenu ce lundi 12 août à Hanoï. Organisé par l’Union des femmes vietnamiennes et le Comité gouvernemental des affaires ethniques, cet événement est le fruit d’un partenariat avec des organisations internationales telles qu’ONU Femmes, CARE, Plan International Vietnam…

Réunissant une centaine de participants vietnamiens et étrangers, l’objectif de cet événement était de dresser un bilan des politiques et de leur mise en œuvre dans les zones où vivent des minorités ethniques. Il devait également permettre de présenter les recherches concernant les femmes des ethnies minoritaires et soumettre les propositions au comité de pilotage de la Résolution N°24 du Comité centrale du Parti communiste du Vietnam sur le travail ethnique.

Lors de son discours inaugural, la présidente de l’Union des femmes vietnamiennes, Nguyên Thi Thu Hà, a souligné que les femmes et fillettes ethniques sont particulièrement vulnérables face aux inégalités des sexes. "Ces inégalités influencent leur réussite scolaire et professionnelle et leur participation aux activités sociales. Ainsi, la réforme institutionnelle est indispensable pour leur émancipation", a-t-elle ajouté.

D’après Nguyên Thi Thu Hà, l’Union des femmes vietnamiennes a lancé un projet de recherche pour venir en aide aux femmes vulnérables, dont celles originaires des ethnies minoritaires.

Rehausser la position des femmes

D’après Truong Thi Mai, présidente de la Commission centrale de sensibilisation auprès des masses du Parti communiste du Vietnam, les services concernés devraient mobiliser des fonds publics et privés pour mettre en place les programmes d’assistance et favoriser ainsi le développement socio-économique des régions montagneuses et reculées.

Pour sa part, Hô Thi Kim Cuc, vice-présidente du Comité populaire du district de Da Krông,  de la province centrale de Quang Tri, a partagé son expérience sur la création d’emplois réservés aux femmes mais aussi sur leur insertion dans les processus d'élaboration des politiques locales.

Ce district abrite de nombreuses ethnies minoritaires et les programmes sur l’égalité des sexes ont grandement contribué à améliorer les conditions de vie des femmes locales, a informé Mme Cuc. Ses propositions consistent à développer le système éducatif et la formation professionnelle, à améliorer la communication sur  l’égalité des sexes et sur le rôle de l’État dans l’élaboration de politiques de développement.

Le coordinateur résident de l’Organisation des Nations unies (ONU), Kamal Malhotra, a salué les efforts du Vietnam dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable et programmes de l’ONU. Cette organisation est prête à coopérer avec le Vietnam en faveur du développement socio-économique des régions des ethnies minoritaires, surtout en ce qui concerne l’égalité des sexes, a assuré M. Malhotra.

À cette occasion, les participants ont abordé de nombreux sujets dont la question du travail, de l’emploi et du développement durable. Ils ont également discuté de problématiques sociales concernant les femmes des ethnies comme la participation des femmes minoritaires dans l’élaboration des politiques ou encore le mariage précoce des fillettes dans les régions montagneuses. -CVN/VNA