Hanoi, 14 novembre (VNA) - Selon le Département général des douanes, la filière des produits plastiques du Vietnam a affiché une croissance continue en valeur ces dernières années: de 1,5% en 2015 à 14% en 2017 (2,5 milliards de dollars). Au cours des 9 premiers mois de cette année, le chiffre d’affaires à l’export de ce secteur s’est élevé à 2,2 milliards de dollars, 19,2% en glissement annuel.
 
Photo d’illustration. Source: tieudung


Entre janvier et septembre, les quatre principaux débouchés de plus de 100 millions de dollars demeurent le Japon, les Etats-Unis, la République de Corée et le Pays-Bas.

Le Japon est en tête avec 22% des exportations nationales de produits plastiques, atteignant 484,8 millions de dollars, 17,49% sur un an. La demande annuelle d’importation des produits plastiques du Japon  est estimée à plus de 10 milliards de dollars. Par conséquent, ce sera le marché le plus potentiel du Vietnam.

Le marché américain est deuxième avec 348,7 millions de dollars, soit 15,7% du total, 24,86% sur un an. Les marchés sud-coréen et néerlandais affichent un taux de croissance de plus de 18%, avec respectivement 119,5 et 114,4 millions de dollars.

Au cours des 9 premiers mois de l’année, les exportations de produits plastiques ont augmenté dans la plupart des marchés, notamment à Hong Kong (Chine) avec une croissance multipliée par deux (45,8 millions de dollars) et en Inde, 2,4 fois pour atteindre 31,3 millions de dollars.

Selon le ministère de l'Industrie et du Commerce, la signature d’accords de libre-échange a offert de nombreuses opportunités aux exportateurs d'emballages en plastique. Les partenaires transfèrent progressivement leurs commandes de la Chine vers le Vietnam afin de tirer parti des coûts de production peu élevés. Les taxes à l'exportation vers la République de Corée, le Japon et l'Europe ... bénéficient aussi de nombreuses incitations.

La demande de produits en plastique de l'UE et du Japon demeure élevée. Ces derniers préfèrent de plus en plus les produits du Vietnam, en particulier les tuyaux et sacs en plastique. Il s’agit également de marchés traditionnels, et donc les entreprises ont les capacités pour bien les pénétrer. En particulier, sur le marché de l’UE, les produits plastiques vietnamiens ne sont pas soumis à une taxe antidumping de 8 à 30% comme dans d’autres pays.

Les opportunités sont donc grandes mais, selon la secrétaire générale de l’Association du plastique du Vietnam, Huynh Thi My, «saisir et profiter de ces opportunités dépendent de chaque entreprise. En raison notamment de la politique de limitation des importations de déchets, les entreprises doivent bien se préparer pour un succès à l’international». - CPV/VNA