Si les exportations de nombreux produits connaissent une certaine morosité, ce n’est pas le cas de celles des meubles en bois, du fait d’une nouvelle croissance de la demande mondiale.

Après une longue période de stagnation, la demande en meubles sur d’importants marchés comme le Japon, les États-Unis ou l’Union européenne a augmenté à partir de 2012, selon l’Association de transformation de bois de la province de Binh Duong (BIFA). La plus forte croissance a été observée au Japon avec 20 % en 2012 sur un an. Cette tendance s’est poursuivie cette année.

Nguyên Tôn Quyên, secrétaire général de l’Association du bois et des produits sylvicoles du Vietnam (Vifores), remarque : "Ordinairement, la meilleure période de l’année va de septembre à décembre. Mais, depuis début août, le nombre de commandes a fortement augmenté par rapport à l’année précédente. De nombreuses entreprises ont leurs carnets de commandes remplis jusqu’à fin 2013".

À noter que la forte hausse du coût de la main-d’œuvre en Chine - l’un des premiers producteurs et exportateurs mondiaux dans ce secteur - est devenue un défi majeur pour les entreprises chinoises. C’est pourquoi, ces dernières ont signé des contrats avec des partenaires vietnamiens en vue de profiter d'un coût plus avantageux au Vietnam, précise la Vifores. Selon Trân Duc Thuân, directeur de la sarl de commerce Hung Long, c’est la raison pour laquelle les commandes ont nettement progressé ces derniers mois. Il faut noter par ailleurs que le bois et les meubles vietnamiens sont de plus en plus appréciés sur le marché mondial grâce à leur qualité, souligne-t-il.

Entre 2000 et 2010, les exportations de meubles sont passées de 219 millions de dollars à 3,4 milliards, soit 15,5 fois plus en l’espace d’une décennie. Les meubles vietnamiens sont commercialisés dans 120 pays et territoires. Le marché américain représente 38 % des exportations nationales, l’Union européenne, 44 %, et le Japon, 12%. Actuellement, la demande mondiale représente 300 milliards de dollars, et les exportations vietnamiennes, seulement 1,6 % de ce montant. Une opportunité à saisir pour les producteurs et exportateurs vietnamiens, souligne Luong Dai Thang, représentant du Département de l’import-export du ministère de l’Industrie et du Commerce. Cette année, l’objectif de 5,5 milliards de dollars d’exportations est tout à fait réalisable, ce qui représente une croissance annuelle de 15 %. -VNA