Hanoi (VNA) – Depuis que la valeur commerciale de la sélection nationale augmente considérablement suite à ses succès lors du Championnat d’Asie du Sud-Est (AFF Suzuki Cup) et de la Coupe d’Asie (Asian Cup) 2018, les prix de transfert de ses footballeurs s’envolent.
 
Sur la carte du football mondial, le Vietnam est de plus en plus reconnu. Photo: VNA

Le capitaine de la sélection nationale du Vietnam, Quê Ngoc Hai, a rejoint fin janvier dernier le Viettel FC après un transfert de 9 milliards de dôngs. Un chiffre impressionnant car les transferts les plus importants du pays ces dernières années oscillaient entre 5 et 6 milliards de dôngs. Le contrat entre ce défenseur et le Viettel FC est d’une durée de trois ans. Son salaire est fixé à 50 millions de dôngs mensuels, sans les primes.

Des transferts de taille

"Notre équipe possède deux défenseurs issus de la sélection nationale, à savoir Bùi Tiên Dung et Quê Ngoc Hai. Le fait de recruter ce capitaine vise essentiellement à renforcer la défense. Parce qu’en comparaison avec les autres clubs de la V-League, le Viettel FC n’a pas beaucoup d’expériences en la matière", explique un responsable du Viettel FC. Et de continuer: "Nous désirons investir sérieusement dans ce club afin d’affirmer le prestige du club Thê Công, ancêtre du Viettel FC, qui était célèbre dans le passé. J’espère que Ngoc Hai pourra confirmer tout le bien que l’on pense de lui et demeurer une source d’inspiration pour ses coéquipiers, à l’image de ce qu’il a fait au sein de la sélection nationale".

Fin janvier 2019, le gardien de but Bùi Tiên Dung a également quitté le Thanh Hoa FC pour rejoindre le Hanoï FC. Comme le Thanh Hoa FC avait liquidé son contrat avec le joueur, Tiên Dung est donc devenu libre de choisir son club. Pour parvenir à signer un contrat d’une durée d’un an avec ce jeune gardien de but de talent, le Hanoï FC s’est engagé à lui verser un salaire mensuel de 40 millions de dôngs.

À l’étranger à prix d’or

Plusieurs footballeurs vietnamiens ont reçu des offres de contrat leur permettant de démontrer l’étendu de leur talent à l’étranger dont la République de Corée et la Thaïlande. Parmi eux notamment, Nguyên Công Phuong et Dang Van Lâm. Une nouveauté majeure pour le football vietnamien.
 
Le gardien de but Dang Van Lâm. Photo: CTV/CVN

"Il est difficile de former de jeunes footballeurs. Mais il est encore plus difficile de les envoyer vers des clubs étrangers", estime Doàn Nguyên Duc, président du Groupe Hoàng Anh Gia Lai (HAGL) et du club HAGL-Arsenal JMG. Il est connu en tant qu’investisseur pionnier dans la formation professionnelle des jeunes footballeurs au Vietnam.

Tout récemment, un contrat concernant le transfert de l’attaquant Nguyên Công Phuong vers la République de Corée a été signé. L’ambassadeur du Vietnam dans ce pays, Nguyên Vu Tu, et l’entraîneur sud-coréen de la sélection nationale du Vietnam, Park Hang-seo, ont participé à la conférence de presse pour l’intronisation du joueur vietnamien au sein du club sud-coréen Incheon United, avec la présence de nombreux fans de football. Le contrat, sous forme de prêt entre les clubs HAGL-Arsenal JMG et Incheon United, est d’une durée d’un an. Công Phuong portera le maillot N°23 et évoluera au K-League à partir du 1er mars.

L’attaquant de 24 ans a joué plus d’une trentaine de matchs pour la sélection nationale du Vietnam. Il a impressionné l’entraîneur du club Incheon United, Jorn Andersen, lors de la séance d’entraînement de la sélection nationale du Vietnam en République de Corée en vue de l’AFF Suzuki Cup 2018 organisée par la Fédération de football de l’ASEAN (AFF).

C’est la deuxième fois qu’il s’aventure hors du pays pour jouer, après un certain temps au club japonais de Mito HollyHock pendant la saison 2016 de la J-League 2.

Quant aux propriétaires du club thaïlandais Muangthong United, ils ont dû verser près de 500.000 dollars (soit 11 milliards de dôngs), montant de la clause libératoire pour le gardien de but Dang Van Lâm, afin de pouvoir le récupérer avant la fin de son contrat dans le club vietnamien Hai Phong prévu pour 2020. Van Lâm y reçoit un salaire mensuel de 10.000 dollars (environ 230 millions de dôngs), primes non comprises. 

Selon Doàn Nguyên Duc, il est indispensable de créer des conditions de transfert favorables aux jeunes "pépites" vietnamiennes pour qu’elles puissent participer à des tournois de premier rang en Asie. Cela permettra d’apporter une plus-value et de redorer l’image du football vietnamien. – CVN/VNA