Genève (VNA) -  La clé du succès de l'Examen périodique universel (EPU) réside dans le fait que chaque pays membre de l’Organisation des Nations unies (ONU) est examiné et encouragé à promouvoir et protéger les droits de l’homme sur le territoire qu'il administre, de manière égale et objective, en fonction de ses besoins et priorités.

L’ambassadeur Nguyên Trung Thanh, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès de l’ONU, de l’OMC et des autres organisations internationales à Genève. Photo: VNA

 
C'est en ces termes que l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) s'est exprimée, lors d’un débat général sur l’EPU s’inscrivant dans le cadre de la 33e session du Conseil des droits de l’homme, laquelle se tient du 13 au 30 septembre à Genève (Suisse).

L’ambassadeur Nguyên Trung Thanh, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès de l’ONU, de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et des autres organisations internationales à Genève, a pris la parole au nom de l’ASEAN, exprimant la position de cette association sur l’EPU, considéré comme l’initiative la plus importante du Conseil des droits de l’homme.

En tant que coordinateur de l’ASEAN au Conseil des droits de l’homme 2014-2016 , l’ambassadeur Nguyên Trung Thanh a souligné que l’EPU devait continuer d'être mené de manière transparente, non sélective, constructive, non conflictuelle et non politisée, en tenant compte des circonstances sociales, politiques et économiques de chaque pays.

L’ambassadeur Nguyên Trung Thanh a affirmé que l’ASEAN croyait fermement et réaffirmait son engagement à l’esprit, aux principes, aux objectifs et aux modalités de l’EPU tel qu’ils ont été stipulés dans les résolutions onusiennes en la matière.

L’ASEAN réitère que l’EPU est favorisé dans chaque pays aséanien afin de concrétiser les recommandations et améliorer la situation des droits de l’homme.

"Pour que ce mécanisme puisse continuer d'améliorer la situation sur le terrain, il doit promouvoir l'assistance technique et le renforcement des capacités dans le cadre d'un dialogue entre les États", a souligné le diplomate.

L’EPU est un processus unique en son genre. Il consiste à passer en revue les réalisations de l’ensemble des États membres de l’ONU dans le domaine des droits de l’homme.

Il s’agit d’un processus mené par les États, sous les auspices du Conseil des droits de l’homme. Il fournit à chaque État l’opportunité de présenter les mesures qu’il a pris pour améliorer la situation des droits de l’homme sur son territoire et remplir ses obligations en la matière. Mécanisme central du Conseil des droits de l’homme, l’EPU est conçu pour assurer une égalité de traitement à chaque pays.

Ce processus, basé sur la coopération, a permis à fin octobre 2011, d’examiner la situation des droits de l’homme des 193 États membres de l'ONU. Le 3e cycle de l’EPU sera lancé en 2017. - VNA