Hanoi (VNA) - Un séminaire international visant à promouvoir la coopération en matière de sécurité maritime en Mer Orientale s’est tenu mardi 4 décembre à Hanoi, réunissant 120 universitaires et experts vietnamiens et étrangers et les réprésentants d’une trentaine de corps diplomatiques au Vietnam.
 
Vue du séminaire international, le 4 décembre à Hanoi. Photo : qdnd.vn

Avec la participation des intervenants étrangers de la Commission du droit international des Nations unies, du Royaume-Uni, de l’Australie, du Japon, de la Malaisie, des Philippines et du Vietnam, le séminaire a écouté neuf présentations et 20 avis sur les expériences régionales et internationales en matière de démarcation maritime et de règlement des différends en mer, ainsi que des aspects juridiques des forces chargées de l’application de la loi en mer.

La directrice adjointe de l’Académie diplomatique du Vietnam, Pham Lan Dung, a déclaré que les récents développements en Mer Orientale ont conduit les nations côtières à déployer des forces d’application de la loi en mer, conduisant ainsi à des rencontres inattendues, et qu’il était temps d’engager une discussion franche pour renforcer leur coopération afin d’éviter des heurts regrettables.

L’ambassadeur d’Australie au Vietnam, Craig Chittick, a déclaré que l’Australie partageait le même point de vue avec l’ASEAN et d’autres pays sur la vision commune de la région et les principles de fonctionnement du système international, y compris le règlement pacifique des différends conformément au droit international, le non recours à la menace ou à l’emploi de la force, le respect de la liberté de navigation et de survol, et la protection des droits et des intérêts des petits pays.

Le vice-ambassadeur du Royaume-Uni au Vietnam, Steph Lysaght, a indiqué que le séminaire offrait une occasion précieuse de renforcer la compréhension de la sécurité maritime et du rôle de la liberté maritime dans le commerce mondial.

Les orateurs ont souligné les moyens pacifiques utilisés pour régler les différends internationaux, y compris la mesure de médiation obligatoire pour la démarcation maritime entre l’Australie et le Timor-Leste dans la mer de Timor et le règlement réussi par la Malaisie de ses différends territoriaux avec l’Indonésie et Singapour en portant l’affaire devant la Cour internationale de justice.

S’appuyant sur les leçons précédentes, les intervenants ont formulé des suggestions sur la démarcation maritime et la promotion de la coopération en Mer Orientale, notamment en matière de pêche.

Certains participants ont proposé d’élargir le code des rencontres imprévues en mer pour y inclure les forces d’application de la loi, d’organiser des cours de droit international pour les forces d’application de la loi de l’ASEAN et de renforcer les cadres de coopération trilatérale et multilatérale. –VNA