Le vice-ministre des Affaires étrangères Le Hoai Trung. Photo : VNA

 

Hanoï (VNA) – Le Parti et l’Etat vietnamiens accordent toujours de l’importance au maintien et au développement stable et durable des relations d’amitié et de coopération avec les pays voisins.

C’est ce qu’a déclaré Le Hoai Trung, vice-ministre des Affaires étrangères, dans son article intitulé « Défendre fermement la souveraineté frontalière et territoriale ». Cet article a été publié à l’occasion de la 30e conférence diplomatique tenue du 13 au 17 août à Hanoï.

Développer les relations avec les pays voisins est un choix constant et une priorité de la politique extérieure du Vietnam, a-t-il affirmé, avant de rappeler que le pays est encadré par une frontière terrestre de près de 5.000 km avec la Chine au Nord, le Laos à l’Ouest et le Cambodge au Sud-Ouest. La zone frontalière comprend 25 provinces vietnamiennes et 21 provinces des pays voisins. Le Vietnam est un "balcon sur le Pacifique" avec ses 3.260 km de côte, ses 3.000 îles et les deux archipels de Hoang Sa (Paracel) et Truong Sa (Spratly).

Ces dernières années, le Vietnam a achevé pour l’essentiel la délimitation et le bornage de la frontière terrestre avec les pays voisins. Il coopère avec les parties concernées dans la gestion de la frontière et des bornes frontalières, afin de garantir la sécurité et l’ordre social.

La gestion de la frontière terrestre commune entre le Vietnam et la Chine est appréciée des dirigeants des deux pays. La ligne de démarcation et les bornes frontalières sont bien défendues.

Le Vietnam et le Laos ont achevé la densification et la réhabilitation des bornes frontalières, signé et publié deux nouveaux documents concernant la frontière commune.

La délimitation et le bornage de la frontière terrestre entre le Vietnam et le Cambodge s’améliorent avec un accord des dirigeants de signer deux documents concernant les résultats de ce travail dont 84% du volume a été achevé.

Depuis 2016, la situation en Mer Orientale ne connaît pas de graves affaires, mais de nouveaux développements font planer risques et défis imprévisibles. Dans ce contexte, le Vietnam a continué d’œuvrer sur tous les aspects afin de défendre sa souveraineté sur les archipels de Hoang Sa et Truong Sa, ses droits souverains et sa juridiction pour les zones maritimes et le plateau continental selon le droit international, dont la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (CNUDM 1982). Le Vietnam maintient et promeut les négociations sur les questions maritimes avec d’autres pays concernés, dont la Chine, l’Indonésie et la Malaisie. Il travaille avec les autres pays membres de l’ASEAN et la Chine dans la promotion de l’application rigoureuse de la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC) et dans l’élaboration d’un Code de conduite en Mer Orientale.

S’agissant des orientations futures, le vice-ministre Le Hoai Trung a indiqué que la situation continuerait de connaître des évolutions compliquées. Il est important que le Vietnam poursuive ses efforts dans la gestion et la défense de sa frontière et renforce sa coopération avec les pays voisins afin d’assurer la paix et la stabilité ainsi que de favoriser le développement socio-économique dans les zones frontalières. Le Vietnam continuera d’affirmer sa détermination à défendre sa souveraineté, ses droits souverains et sa juridiction selon le droit international, dont la CNUDM 1982. Hanoï cherchera également à développer son rôle au sein des forums et continuera de travailler avec les parties concernées afin de régler les différends par la voie pacifique, selon le droit international. -VNA