Hanoi (VNA) - Une fois que l'accord de libre-échange Vietnam – Union européenne (EVFTA) entrera en vigueur, au cours de l'année selon les prévisions, les crevettes du Vietnam bénéficieront d'avantages fiscaux.

Photo d’illustration. Source : cafef
 

2018 apparaît d’ores et déjà comme une année prometteuse pour le secteur vietnamien de l’exportation de crevettes. L’UE applique actuellement une taxe de 12,5 à 20% sur les crevettes en provenance du Vietnam. En vertu des engagements de l’EVFTA, elle sera réduite à 0%. Une occasion en or pour les exportateurs vietnamiens.

Selon l'Association des exportateurs et producteurs de produits aquatiques du Vietnam (VASEP), les dix principaux importateurs de crevettes vietnamiennes sont UE, États-Unis, Japon, Chine, République de Corée, Australie, Canada, ASEAN, Taïwan (Chine), Suisse, qui représentent 88,6% du total.

Au cours des deux premiers mois de cette année, les exportations nationales de crevettes vers ces marchés ont toutes progressé, à l’exception du Japon. La plus forte croissance concerne l’Australie (+76,2% en glissement annuel), puis la République de Corée (+40,2%).

Selon la VASEP, avec 18,6% du total, l'UE demeure le premier importateur. Les exportations de crevettes vers ce marché ont atteint 81,9 millions de dollars au cours de deux premiers mois de 2018, + 11% sur un an. Les trois principaux marchés - Pays-Bas, Allemagne et Belgique - ont tous enregistré une croissance à 2 chiffres, avec respectivement 62,6%, 42,5% et 31,8%.

En 2017, l'UE fut le marché le plus dynamique pour les crevettes vietnamiennes. Cette année, cet élan se poursuivra. Le contexte est en effet assez favorable car les crevettes indiennes (principal concurrent du Vietnam dans l'UE) risquent d’être interdites d’importation sur le marché européen. De plus, les produits vietnamiens pourraient gagner encore en compétitivité grâce au régime douanier préférentiel du système de préférence généralisée (SPG), ce dont la Thaïlande et la Chine n’ont pas bénéficié. -CPV/VNA