Conférence «Redécouvrir les souvenirs communs, Vietnam - France. Cent ans de patrimoine», le 5 décembre à Hanoï. Photo : CVN
 
 
Hanoï (VNA) - Une conférence ayant pour thème «Redécouvrir les souvenirs communs, Vietnam - France. Cent ans de patrimoine» s’est tenue mardi après-midi 5 décembre à l’Espace à Hanoï. Un événement organisé par la Direction d’État des archives du Vietnam et le Service interministériel des archives de France, en partenariat avec l’ambassade de France au Vietnam et l’Institut français de Hanoï.

Les documents d’archives sont intimement liés à la mémoire nationale. Chargée de la préservation d’un patrimoine commun constitué de documents d’archives datant de l’époque coloniale française, la Direction d’État des archives du Vietnam a œuvré en collaboration avec le Service interministériel des archives de France afin de mettre en valeur cette précieuse documentation.

La conférence a réuni quatre intervenants : Dang Thanh Tùng, directeur général de la Direction d’État des archives du Vietnam ; Trân Thi Mai Huong, directrice adjointe par intérim du Centre des archives nationales N°1 ; Odile Welfelé, conservatrice générale du patrimoine, chargée de mission auprès du directeur des Archives de France pour les affaires internationales et le développement ; et Benoit Van Reeth, directeur des Archives nationales d’outre-mer (ANOM) - Service interministériel des archives de France.

Promouvoir les patrimoines d’archives

Selon Dang Thanh Tùng, la signature d’un accord de coopération bilatérale entre les deux Archives vietnamienne et françaises en 2009 et en 2016 permet de partager les informations et les documents de chaque partie ainsi que de concrétiser leur partenariat.

À ce jour, les deux parties ont réalisé de nombreux programmes de coopération comme l’exposition de documents, la rédaction de livres, le partage d’expériences et la formation du personnel.

Depuis 2009, quatre délégations vietnamiennes font des voyages de travail pour chercher à comprendre les archives précieuses conservés aux ANOM. «De plus, beaucoup de cadres de la Direction d’État des archives du Vietnam ont suivi des formations en France, a informé M. Tùng. En échange, nous ont reçu des stagiaires français. Ce sont des passerelles entre les deux instituts et plus généralement entre les deux nations».

L’événement a réuni de nombreux participants. Photo : CVN


Pour célébrer les 45 ans de l’établissement des relations diplomatiques franco-vietnamiennes, en 2018, les Archives vietnamienne et française ont l’intention de mettre sur pied une exposition sur les documents d’archivage sous le temps de la colonisation à Paris.

«Il y a 100 ans, la Direction des archives et Bibliothèque de l’Indochine (actuellement la Bibliothèque nationale du Vietnam) a été officiellement créée à Hanoï», a rappelé Odile Welfelé. Et d’ajouter que «depuis, et malgré les soubresauts de l’histoire, le contact n’a jamais été rompu entre nos deux pays, les archives n’ont jamais cessé de fonctionner».

D’après elle : «Les archives permettent de retracer les grands événements comme le quotidien le plus banal. Il suffit de savoir les lire et, bien sûr, de les avoir conservées».

Mme Welfelé a proposé de soumettre ces archives au Registre des mémoires du monde de l’UNESCO pour le patrimoine documentaire pour les archives de l’Indochine.

Des échanges de longue date

Les deux cultures vietnamienne et française ont entamé leurs échanges il y a quatre siècles. Pour en garder la trace, un grand nombre de documents sont conservés soit aux Archives nationales d’outre-mer du Service interministériel des archives de France, soit au Centre des archives nationales N°1 de la Direction d’État des archives du Vietnam, a informé Benoit Van Reeth, directeur des ANOM.

«Les archives concernant le Vietnam aux ANOM à Aix-en-Provence sont nombreuses et d’une grande richesse, à commencer par les han-nôm (écriture sino-vietnamienne), que l’on trouve en abondance dans les fonds d’archives à la fois publics et privés. L’ensemble des documents trouve les compléments indispensables dans les archives au Vietnam et inversement», a-t-il assuré.
 
Dans le cadre de la conférence, une exposition sur des documents d’archives s’ouvre le 5 décembre à l’Espace. Photo : CVN


La partie française conserve les archives publiques (produites par les administrations) ainsi que privées (tous les autres dossiers sur l’économie, le contrôle de mission, les finances, la pêche, etc.). Benoit Van Reeth a affirmé que la France recensait 300 fonds d’archives privées concernant le Vietnam.

Pour sa part, Trân Thi Mai Huong a déclaré que les documents en français occupaient actuellement environ 80% de ceux stockés au Centre des archives nationales N°1. Il s’agit de documents administratifs datant de la période 1860-1945 et de documents techniques concernant les ouvrages architecturaux, hydrauliques, de communication, les textes sur l’adjudication, etc.

Pour attirer davantage les lecteurs et chercheurs, depuis 2015, le Centre des archives nationales N°1 a élaboré son portail électronique et une fanpage sur Facebook.

Ces dernières années, dans le cadre des accords bilatéraux, les deux instituts ont organisé de nombreuses activités, dont des expositions et séminaires permettant de promouvoir les valeurs patrimoniales des archives de et concernant chaque pays. Les expositions sur l’architecture des ouvrages à Hanoï de 1875-1945 et sur l’urbanisme et la frontière administrative de Hanoï de 1873-1945 en sont de bons exemples.

Comme son nom l’indique, la conférence coïncidait avec le centenaire de la création de la Direction des archives et de la Bibliothèque nationale du Vietnam. C’était également une activité en prélude de la célébration, en 2018, du 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques franco-vietnamiennes.-CVN/VNA