Le sanctuaire My Son. Photo : VNA

 

Quang Nam (VNA) – Le Comité populaire de la province de Quang Nam (Centre) a approuvé un plan visant à gérer le sanctuaire de My Son - patrimoine culturel mondial, pour la période 2018-2020 à l’horizon de 2030.

Ce plan a pour but de protéger l'intégrité, l'authenticité, les valeurs exceptionnelles globales, le paysage culturel, de maintenir et de développer durablement les valeurs culturelles, historiques, archéologiques, paysagères et environnementales du sanctuaire de My Son.

Une des solutions du plan consiste à éliminer les bombes et les mines existant dans le reste du sanctuaire. En outre, on étudiera des techniques et des matériaux originaux, en recherchant des matériaux équivalents pour remplacer.

Avec ses 70 bâtiments en brique et en pierre construits entre le IVe et le XIIIe siècle, My Son était autrefois la capitale religieuse et politique du royaume du Champa ainsi que le lieu de sépulture des rois et des moines. A My Son, l’objet de culte était le linga, une pierre dressée et représentation classique de Shiva. Le génie vénéré était Bhardresvara, roi fondateur de la région d'Amaravati vers la seconde moitié du IVe siècle - début du Ve siècle. La composante principale est une tour érigée pour la divinité du roi ; elle est entourée d’autres plus petites. Les tours en forme de pyramide symbolisent le mont Meru, sommet mythique dans la religion hindoue. La diversité architecturale du lieu illustre le talent des artisans Chams qui sculptèrent sur les tours des figures très expressives.

Aujourd’hui, My Son possède une trentaine de tours en briques, même si la majeure partie d’entre elles sont en ruine. Ce sanctuaire est considéré comme un musée à ciel ouvert inestimable où l’on peut découvrir la culture du Royaume du Champa. Les oeuvres architecturales et sculpturales sont le miroir de l’esprit du peuple Cham, permettant aujourd’hui de comprendre leur conception de l’univers, de la vie et de la mort... En plus de l’érosion, le sanctuaire de My Son a subi les destructions des hommes et de la guerre. Mais le site a su renaître de ses cendres pour retrouver une certaine splendeur... Aujourd hui, les touristes affluent des quatre coins du monde.
-VNA