Hanoi (VNA) – A l’occasion de la Semaine de haut rang de l’APEC 2017, le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a écrit un article intitulé «Un Vietnam dynamique, intégré et développé en Asie-Pacifique». 
 
Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc. Photo: VNA

L’Agence vietnamienne d’information (VNA) vous présente cet article dans son intégralité : 

«Le 15 novembre 1998, le Vietnam a adhéré au Forum de coopération économique Asie-Pacifique (APEC). C’est un événement important pour le développement intégral du pays, un fondement pour l’intégration internationale dynamique et proactive du Vietnam.

Grâce aux réformes menées au cours des 30 dernières années, la croissance économique du Vietnam a progressé de près de 7% en moyenne annuelle, beaucoup plus élevée que la moyenne mondiale. Jusqu’à présent, le Vietnam a attiré 310 milliards de dollars d’investissement direct étranger (IDE), le volume de capitaux décaissés s’est chiffré à 165 milliards de dollars, dont près de 80% provenant des pays de la région Asie-Pacifique. Le Vietnam a établi 26 partenariats stratégiques et intégraux avec d’autres pays, y compris les économies de premier rang de l’Asie-Pacifique et de l’ASEAN. Ses 16 accords de libre-échange en cours de négociation ou signés traduisent sa politique forte et cohérente d’approfondir l’intégration internationale et de promouvoir davantage la libéralisation du commerce dans la région et le monde.

Nous  considérons que les réformes visant à mieux exploiter les ressources internes seront le facteur le plus important de la prospérité nationale. Compte tenu de la mondialisation et de la quatrième révolution industrielle, le gouvernement vietnamien, un gouvernement facilitateur, s’engage à introduire des mécanismes de gestion souples et à promouvoir un accès transparent aux marchés, des normes de travail avancées, des intérêts commerciaux légitimes et une innovation incessante. Le fil rouge consiste à ce que l’élaboration de politiques doit refléter les besoins réels, la tendance des technologies et de la mondialisation pour bien s’adapter aux nouveaux modèles économiques et aider le Vietnam à améliorer la compétitivité de son économie et ses avantages comparatifs sur le marché régional et mondial. Selon le rapport d’octobre 2017 de la Banque mondiale, Doing Business, le Vietnam a progressé de 14 rangs en termes d’indice de compétitivité global à 68 sur 190 pays. Selon le rapport de septembre 2017 du Forum économique mondial (FEM), l’économie vietnamienne a bondi de 5 places en termes d’indice de compétitivité mondial, à 55 sur 137 pays.

En élaborant sa stratégie nationale de développement, le Vietnam a souligné le rôle du secteur privé en tant que moteur important de l’économie. En conséquence, le gouvernement s’engage à renforcer les avantages compétitifs, y compris institutions et politiques; infrastructure; systèmes financiers sains; réforme de l’éducation; amélioration de la qualité des ressources humaines; amélioration des  services de santé; assurance maladie et sociale; et investissement dans la recherche fondamentale, pour n’en citer que quelques-uns. Nous avons la conviction que nous réaliserons l’objectif d’un million d’entreprises en 2020 et porterons les entreprises du secteur privé vietnamien, ainsi que d’autres composantes économiques, à une nouvelle hauteur, avec la compétitivité et la capacité d’intégration au niveau régional et mondial.

De plus, le Vietnam cherche aussi activement ses propres solutions pour répondre aux  problèmes entravant le processus d’intégration internationale, y compris la fraude fiscale, le transfert de prix, des technologies obsolètes, le protectionnisme et le terrorisme, entre autres. En même temps, nous réalisons de manière proactive les accords internationaux sur le développement durable et le changement climatique, apportant ainsi des contributions substantielles à la construction et au façonnage des mécanismes multilatéraux, notamment les mécanismes de coopération régionale Asie-Pacifique.

Nous assistons à une tendance émergente au Vietnam : le passage d’un modèle de croissance centré sur le produit intérieur brut (PIB) à un modèle fondé sur une croissance de qualité, inclusive et durable. En particulier, pour le Vietnam, la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD) et de ses engagements à 21e conférence des parties (COP-21) à Paris en matière de limitation des émissions et de protection de l’environnement comme est à la fois la mesure et le moteur de développement dans la prochaine décennie.

L’air de la réforme est fortement ressenti à travers le Pacifique et compte tenu de l’importance de l’APEC dans la région, ses économies membres joueront un rôle essentiel dans le façonnage des performances économiques et du développement régionaux au XXIe siècle. Une nouvelle vision du cadre de l’APEC doit prendre en compte la coopération économique et la coopération dans des domaines non économiques, notamment la culture, l’environnement, la science et la technologie et l’éducation, où le développement des ressources humaines occupe une place centrale et déterminera de nouveaux cadres et structures de coopération. En d’autres termes, l’APEC doit jouer un rôle de premier plan dans l’établissement d’un nouveau cadre de coopération économique internationale avec un nouveau modèle de gouvernance, un nouvel agenda et une nouvelle architecture de coopération.

Dans le contexte de l’APEC, la montée de certaines économies ne devrait pas être une menace, mais plutôt une occasion de construire de bons partenariats, de fournir une lumineuse source d’inspiration et de partager des leçons utiles pour d’autres pays et économies sur la voie du succès.

Dans le contexte des initiatives, des forums et des cadres de coopération économique de plus en plus nombreux, l’APEC doit construire une identité propre, un mécanisme permettant d’atteindre une forte unanimité parmi ses membres. Certains différends et défis pour l’environnement et l’énergie doivent être réglés. Devant cette réalité, tous les membres de l’APEC doivent travailler ensemble pour trouver des approches novatrices pour établir une unité dans la diversité qui soit constructive, équitable, mutuellement bénéfique et conforme au droit international. Une Asie-Pacifique unie, pacifique et prospère pour le développement durable doit être le but et la responsabilité communs qui exigent les efforts conjoints et unis de toutes les économies de l’APEC, qu’elles soient grandes ou petites, développées ou en développement, dans la région du Pacifique.

Durant ces jours-ci, le Vietnam salue chaleureusement les dirigeants de l’APEC à la Semaine des dirigeants économiques de l’APEC à Dà Nang. Il s’agit d’une occasion importante pour le Vietnam de continuer à promouvoir le processus de libéralisation du commerce, et pour les économies membres de mieux comprendre le peuple vietnamien, l’environnement de l’investissement et des affaires du Vietnam.

Nous espérons qu’à cette occasion, grâce à votre sagesse et à votre vision, les dirigeants des 21 économies membres de l’APEC trouveront de meilleures solutions pour créer un nouveau dynamisme et cultiver un avenir commun. – VNA