Récolte de durian (Source: VNA)
   

Hanoï, 21 août (VNA) - Bien que le Vietnam soit un important producteur et exportateur de produits agricoles, il fait face à une série de défis et d'obstacles en Europe en raison de nouvelles réglementations strictes en matière de sécurité alimentaire.

Tran Ngoc Quan, directeur adjoint du département des marchés d’Europe et d’Amérique du ministère de l'Industrie et du Commerce, a déclaré qu'une fois l'accord de libre-échange Vietnam-Union européenne (UE) en vigueur, les droits de douane sur les produits agricoles vietnamiens tomberont à 0-5% au cours de la prochaine décennie.

Le Vietnam est l'un des principaux fournisseurs de produits agricoles de l'UE, se classant au 12ème rang parmi les pays exportateurs et répondant à 2,2% de sa demande, au-dessus de la Thaïlande, de la Nouvelle-Zélande, de la Malaisie et du Canada.

Cependant, l'UE mène une politique sérieuse dédiée à la valeur, à la qualité, à la sécurité et à l'hygiène des denrées alimentaires et a en ce sens publié plusieurs mesures strictes sur les antibiotiques, les pesticides et la traçabilité des produits.

Un représentant du bureau commercial du Vietnam à l’UE a déclaré que le bloc régional renforcerait les inspections sanitaires et était déjà au travail pour l'élaboration de nouvelles réglementations sur les normes de qualité concernant le poivre et les épices.

Tran Ngoc Quan a déclaré que grâce à la reprise économique dans plusieurs Etats membres de l'UE et à la demande croissante, des produits clés tels que les produits aquatiques, les noix de cajou, les fruits et légumes, le café et le caoutchouc ont maintenu une forte croissance des exportations.

Il a suggéré de suivre de près le processus de fabrication et de rendre l’origine des produits transparente.

Tran Huu Huynh, directeur du département de la législation de la Chambre de commerce et d'industrie du Vietnam et secrétaire général du Centre d'arbitrage international du Vietnam, a proposé à l'État de mettre en place un système d'alerte rapide pour aider les exportateurs à accéder aux informations et les entreprises agricoles et les agriculteurs à pleinement exploiter leur capacité de production. -VNA