Agriculture: cooperation entre les producteurs et les transformateurs hinh anh 1Photo : VOV
 
Hanoï (VNA) - Mettre en relation les producteurs et les transformateurs agricoles, telle est la nouvelle stratégie mise en place par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural à la demande du Premier ministre afin de doper les exportations nationales.

En 2018, le secteur de l’agriculture a réalisé un chiffre d’affaires à l’exportation de 40,2 milliards de dollars, soit une hausse de 3% par rapport à 2017. Ce bon résultat s’explique, pour une part non négligeable, par la synergie créée entre les producteurs et les transformateurs agricoles.

La collaboration directe entre les agriculteurs et les entreprises de transformation est bénéfique aux deux parties. Une telle organisation rassure les agriculteurs sur l’écoulement de leurs produits et la stabilité des prix et permet d’assurer l’approvisionnement régulier des transformateurs en matières premières, comme l’explique Nguyên Duc Mênh, directeur de la société de transformation agroalimentaire Tân Huong. Implantée dans la province de Hai Duong (Nord), cette société achète chaque année des centaines de milliers de tonnes de fruits et de légumes aux agriculteurs locaux pour les revendre au Vietnam et à l’étranger.

Une partie des produits est exportée vers des marchés exigeants tels que le Japon et la République de Corée, indique Nguyên Duc Mênh.  

“Nous travaillons en étroite collaboration avec les agriculteurs locaux et avons notre propre circuit de matières premières. Ce mode d’organisation nous permet de répondre plus rapidement aux demandes de nos partenaires. Au début de l’année 2019, le Japon et la République de Corée nous ont respectivement commandé 500 et 100 tonnes de fruits et légumes. Pour ces deux marchés exigeants, nous devons nous soumettre à des règles sanitaires très strictes”.

A ce jour, au Vietnam, on dénombre encore peu d’entreprises désireuses d’investir dans le domaine agricole. Or, l’industrie de transformation de produits agricoles est un secteur rentable. De l’avis de Nguyên Quôc Toan, directeur par intérim du département de transformation agricole et de développement du marché du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, l’État devrait inciter les entreprises à investir dans ce secteur en améliorant l’environnement d’affaires et en facilitant leur accès au foncier et aux financements. En 2018, la transformation de bananes a, à elle seule, attiré 16 investisseurs qui ont promis de décaisser 8.700 milliards de dongs (plus de 330 millions d’euros), précise-t-il.

“La mondialisation de l’économie nous oblige à développer nos propres chaînes de valeurs agricoles. Il est essentiel de s’impliquer davantage dans l’industrie de transformation et nous devons favoriser les relations entre agriculteurs et transformateurs. Pour accroître les exportations, les exportateurs doivent également se conformer à la réglementation des pays cibles et adapter leur stratégie de commercialisation en conséquence ».

Pour maintenir un partenariat durable avec les entreprises de transformation, les exploitants agricoles doivent adopter des techniques de production modernes et conformes à leur cahier des charges, estime le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Nguyên Xuân Cuong.

 “Les agriculteurs doivent moderniser leurs méthodes et techniques de production pour améliorer la qualité de leurs produits et maintenir des relations durables avec les entreprises de transformation. Ce mode d’organisation basé sur l’offre et la demande permet d’éviter l’inévitable ‘surabondance de production – chute des prix’ ».

Le secteur agricole s’est fixé pour objectif de porter la valeur de ses exportations à 43 milliards de dollars en 2019. Le Vietnam souhaite figurer parmi les 15 plus importants producteurs agricoles mondiaux d’ici 10 ans.-VOV/VNA