Le professeur associé et docteur Nguyen Hong Thao en qualité d'ambassadeur du Vietnam en Malaisie. Photo: VNA

Genève (VNA) – Pour la première fois, le Vietnam présente un candidat à l’un des sept sièges assignés à la région Asie-Pacifique au sein de la Commission du droit international de l’ONU.

En février 2016, une campagne a été lancée pour la candidature du professeur associé, docteur et ambassadeur Nguyen Hong Thao. La mission du Vietnam auprès de l’ONU, de l’OMC et des autres organisations internationales à Genève l’a ​inaugurée en adressant des notes diplomatiques aux missions d’autres pays afin de présenter le candidat vietnamien.

L’ambassadeur Nguyen Hong Thao est un expert en droit international ​aux larges connaissances et d'une riche expérience professionnelle. Il a été responsable adjoint du Comité national des frontières du ministère vietnamien des Affaires étrangères, chef de la délégation vietnamienne participant aux négociations sur les accords frontaliers avec des pays voisins, conseiller juridique pour le projet de loi maritime du Vietnam de 2012… Il possède 40 ans d’expérience auprès du ministère vietnamien des Affaires étrangères, et a été ambassadeur du Vietnam en Malaisie de 2011 à 2014, puis au Koweït depuis 2014.

Sa candidature illustre la volonté du Vietnam de contribuer au développement du droit international, ​comme sa politique d’intégration au monde.

Créée le 21 novembre 1947 par l'Assemblée générale des Nations Unies, la Commission du droit international a pour mission de favoriser le développement progressif et la codification du droit international.

Composée de 34 membres élus par l'Assemblée générale pour un mandat de cinq ans, elle se réunit tous les ans. Ses membres, pris collectivement, représentent les principaux systèmes juridiques du monde. Ils siègent en qualité d'expert et à titre individuel, et non en qualité de représentants de leur gouvernement. Ils couvrent un vaste éventail de sujets de droit international public.

Les travaux de la Commission du droit international consistent essentiellement à rédiger des projets d'articles sur des questions de droit international, dont certaines sont choisies par la Commission, et d'autres, par l'Assemblée générale. Lorsque la Commission a fini de rédiger un projet d'articles sur une question donnée, l'Assemblée générale convoque généralement une conférence de plénipotentiaires chargée d'incorporer ces articles dans une convention qui est ensuite ouverte à la signature des États, les États signataires s'engageant formellement à être liés par ses dispositions. Certaines de ces conventions forment la base même du droit régissant les relations entre les États.

La session annuelle de la Commission du droit international ​a lieu à Genève (Suisse) ​pendant 10 à 12 semaines. Un rapport final est publié à l'issue de chacune de ces sessions. -VNA