Le président de la Chambre des représentants du Maroc, Habib El Malki et la présidente de l'AN vietnamienne, Nguyên Thi Kim Ngân, lors d'un point de presse à Hanoï. Photo : VNA/CVN
Hanoi (VNA) - Le président de la Chambre des représentants du Maroc, Habib El Malki, à la tête d’une délégation marocaine, effectue une visite officielle au Vietnam. A cette occasion, il a accordé au Courrier du Vietnam une interview.

C’est la première fois que vous visitez le Vietnam. Quelles sont vos impressions sur ce pays ?

C’est une grande découverte pour moi en tant que président de la Chambre des représentants du Royaume du Maroc accompagné d’une délégation. Le Vietnam est un pays tourné vers l’avenir, ce que montrent les grands changements dans ses infrastructures mais aussi en matière économique et commerciale. C’est un pays qui s’ouvre de plus en plus sur le monde extérieur et je peux constater qu’il a de très forts potentiels de développement. Certainement, dans un proche avenir, il sera l’un des moteurs de l’Asie du Sud-Est. D’autant plus que maintenant, il affiche un taux de croissance autour de 6%, un taux de chômage presque nul et un taux d’inflation relativement maîtrisé. Tous ces éléments expliquent pourquoi un pays comme le Vietnam est un jour devenu un pays important dans la région. C’est un pays émergent. 

 

Vous avez eu des rencontres avec des dirigeants vietnamiens et vous avez dit que votre visite permettrait d’ouvrir une nouvelle page dans les relations entre les deux pays. Pourriez-vous nous en dire plus à ce sujet ?


C’est la première fois qu’un pays africain signe un accord de coopération parlementaire avec l’Assemblée nationale du Vietnam. C’est une initiative très importante sur le plan bilatéral entre les deux institutions. Cet accord va être un cadre, un instrument qui permettra de mieux connaître la réalité nationale du Maroc mais aussi la réalité nationale du Vietnam. Cela permettra aussi d’ouvrir de nouvelles perspectives de coopération, d’échanges. La diplomatie parlementaire est un outil très efficace qui accompagne  des développements plus durables que la diplomatie officielle.

Quelles sont les priorités accordées par le Maroc dans sa coopération avec le Vietnam ?

Le potentiel de coopération entre nos deux pays est extrêmement important dans plusieurs domaines : agroalimentaire, phosphates, banques, technologies de l’information et, certainement, l’échange d’expériences. Le Maroc est aussi la porte de l’Afrique et le Vietnam, la porte de l’Asie du Sud-Est. Je crois que ces similitudes géographiques  vont permettre à nos deux pays de jouer un rôle très important et que l’un des axes de la coopération économique dans les années à avenir sera celui de la coopération afro-asiatique. Et c’est important d’autant plus que le volume des échanges actuellement est relativement faible, ne dépassant pas les 200 millions de dollars. Le Maroc et le Vietnam ont des potentiels dans plusieurs domaines qu’ils exploiteront certainement dans les années à venir. 2018 sera l’année de la tenue de la réunion de la commission mixte et aussi de la poursuite de la consultation politique à tous les niveaux.

Il y aura des visites au niveau ministériel et du groupe d’amitié parlementaire.

Le Maroc et le Vietnam font partie de l’espace francophone qui est un espace de dialogue interculturel. Les deux pays peuvent prendre des initiatives communes dans ce domaine, réaliser des consultations conjointes, des concertations politiques. Dans la diplomatie officielle, le Maroc soutient la candidature du Vietnam au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

Le Maroc souhaite aussi établir un jumelage entre Casablanca et Hô Chi Minh-Ville afin de promouvoir la coopération économique bilatérale. -CVN/VNA