Nguyên Van Thinh est l’ultime créateur d’arbalètes dans le district de Yên Thê (province de Bac Giang, Nord). On les utilise ensuite lors des fêtes, concours, festivals locaux, et même dans les écoles.

La fabrication d’arbalètes est une tradition séculaire dans le district de Yên Thê. Autrefois, chaque famille possédait une à deux armes pour chasser ou se défendre. Notamment pendant la lutte anti-française conduite par Hoàng Hoa Tham (alias Dê Tham, 1846 – 1913), les paysans-guérilleros considéraient l’arbalète comme une arme essentielle contre les envahisseurs.

Depuis 1984, le district de Yên Thê organise un concours de tir à l’arbalète lors de la fête annuelle de la localité, le 16 mars.

Relance d’un métier en voie de disparition

«À Yên Thê, la seule personne capable de faire une arbalète est Nguyên Van Thinh», indique Nguyên Dang Nông, directeur du Centre de la culture et des sports du district. Âgé de 44 ans, M. Thinh habite dans le village de Binh Minh, commune de Dông Vuong. C’est à l’âge de dix ans que des personnes âgées de l’ethnie Dao lui ont transmis leurs secrets de fabrication. «De nombreux enfants aiment bien tirer à l’arbalète. Les hommes du village l’apportent aussi souvent en forêt pour chasser. Lors des jours fériés, ils font des concours», confie-t-il.