Hanoi, 9 mai (VNA) - À l’approche des vacances d’été, une ribambelle d’activités seront proposées dans des ateliers à la fois ludiques et artistiques, adressés aux enfants afin améliorer leur savoir-faire et savoir-vivre.

Les jeunes ont bénéficié de vacances d'été inoubliables à la campagne.
Photo: Vuong Pham/CVN

Comment gérer une situation dangereuse ? Entre prévenir les incendies, les cambriolages, les noyages ou encore les accidents routiers, les ateliers d’été  préparent les enfants aux premiers gestes.

Pour environ 10 millions de dôngs et pour 2 à 4 semaines, l’enfant pourra choisir parmi de nombreuses activités proposées.

Outre la prévention de situations difficiles, les plus jeunes auront aussi la possibilité d’apprendre à cuisiner, en commençant par l’achat des légumes et des viandes, s’en suit la préparation des mets équilibrés, sans oublier le nettoyage de la cuisine après le repas.

Selon les experts, l’acquisition des compétences culinaires chez les enfants représente un atout majeur dans le développement de bonnes habitudes alimentaires. De plus, ces cours permettent aux enfants de développer notamment leur confiance en soi et leur sens des responsabilités.

En effet, certains centres de formation proposent aux enfants des ateliers d’été en banlieue afin de faire découvrir le travail des agriculteurs: plantation des arbres, attrape des poissons…

De nombreux parents se tournent vers ces programmes spéciaux pour leurs enfants en été, tels que la pratique de la méditation dans une pagode, les cours d’arts martiaux, dans l’objectif de leur donner la patience et le partage.

De surcroît, des programmes d’échange à l’étranger de 2 semaines et jusqu'à 3 mois sont également proposés pour attirer les enfants aux revenus parentaux plus élevés. En plus de l’acquisition de compétences de la vie courante et de nouvelles connaissances culturelles, les enfants ont également la possibilité de pratiquer et d’améliorer leur compréhension orale en langues étrangères, majoritairement l’anglais. Cependant, ces échanges coûtent très cher, entre 30 à 100 million de dôngs, ils ne sont donc pas accessibles pour tous.

Dang Anh Tuân - élève de l’arrondissement de Hà Dông participera cette année à un court séjour de 2 semaines à Singapour pour un coût 40 millions de dôngs. L’objectif de ce voyage est de développer ses capacités d’adaptation, d’autonomie, de communication interculturelle et de progresser en langue étrangère.

D’après lui, durant chaque été il assiste à un atelier d'été suggéré par ses parents. L'année dernière, il a participé à une pratique de méditation dans une pagode pendant un mois.

Certains élèves choisissent de travailler durant les vacances

Un gâteau en gelée 3D de Duong Quynh Anh.
Photo : Hoàng Huong/CVN.


Par ailleurs, certains élèves choisissent de travailler durant les vacances d’été  Plutôt que de suivre ces ateliers.

C’est le cas de Nguyên Tri Dung, élève de 9e (3e au système éducatif en France) d’un collège à l’arrondissement de Hà Dông (Hanoï). "Actuellement, je suis en train d'étudier pour obtenir mon diplôme d'études secondaires. Après avoir terminé cet examen, je postulerai pour un travail supplémentaire en été".

Duong Quynh Anh élève en seconde, décide aussi de se détourner de ces ateliers pour travailler cet été, notamment en ouvrant une pâtisserie en ligne avec son argent de poche. Grâce à l’aide de sa mère, son petit business marche bien. Sa pâtisserie vend de nombreux types de gâteaux fabriqués par sa mère, tels que des choux à la crème, du pain au chrysanthème, des Brioches vietnamiennes farcies à la viande, des génoises, des entremets au pamplemousse... - CVN/VNA