Membre du Comité du patrimoine mondial pour le mandat 2013-2017, le Vietnam continue d’œuvrer pour préserver ses trésors culturels mais aussi ceux du monde entier. Rencontre avec Dang Van Bài, vice-président de l’Association des patrimoines culturels du Vietnam.

Le Vietnam a été élu l’an passé membre du Comité du patrimoine mondial pour le mandat 2013-2017. Quelles responsabilités cela implique-t-il ?

Le Comité du patrimoine mondial est l'un des plus importants de l'UNESCO. Il a vocation à prendre des décisions sur plusieurs points majeurs en matière de reconnaissance des patrimoines culturels et naturels mondiaux, d’évaluation de l’état de conservation de ces derniers à l’échelle planétaire, de définition des orientations du développement de la Convention du patrimoine mondial.

Membre de ce comité, le Vietnam a deux responsabilités majeures. La première est d’agir activement pour protéger nos sites reconnus patrimoines mondiaux en respectant le droit international, et faire en sorte qu’ils deviennent une passerelle d’échanges culturels avec le monde. La deuxième concerne les activités extérieures. Lors des sessions du Comité du patrimoine mondial, le Vietnam, fort de ses expériences, doit apporter de nouvelles initiatives pour déterminer avec les autres membres des orientations dans la préservation et la protection des patrimoines culturels mondiaux.

Nous devons transmettre nos idées pour faire de ces trésors un facteur contribuant à éveiller le monde sur l’amour pour la paix. Comme vous le savez, le monde est confronté à de grands défis, dont les changements climatiques, la pollution environnementale, les conflits ethniques et religieux, etc. C’est pour cela que la culture doit devenir un moyen d’éveiller la conscience de l’homme sur ces questions.

Le Vietnam a également pour mission de contribuer à perfectionner le mécanisme de gestion de ce comité pour encourager les pays membres à se montrer plus actifs dans la protection des patrimoines. Le Vietnam participe aussi à l’examen, l’évaluation des dossiers de candidature des autres pays en vue d’une reconnaissance par l’UNESCO.

Selon la Convention du patrimoine mondial, chaque année, les pays ayant des patrimoines culturels mondiaux doivent fournir un rapport sur leur état. Les membres du comité ont pour tâche d’évaluer et d’examiner ces rapports. Si un pays ne respecte pas les réglementations, il sera signalé pour corriger ses actes.