Le style de Thanh Thúy (gauche) a "tapé dans l’œil" des recruteurs de jeunes espoirs de l’Attack Line. Photo: Photo: Zing.vn

Hanoi (VNA) - Membre de l’équipe du Vietnam de volley-ball féminine, Trân Thi Thanh Thúy a reçu des offres de contrat pour pratiquer son sport de prédilection à l’étranger. Elle a joué au sein des clubs taïwanais Attack Line et thaïlandais Bangkok Glass.

rân Thi Thanh Thúy, 21 ans, est l’un des piliers de la sélection nationale féminine de volley-ball. Elle mesure 1,93 m et s’est faite également une réputation auprès des chasseurs de plusieurs clubs étrangers en tant que joueuse professionnelle vietnamienne.

Cette jeune fille originaire de la province de Binh Duong (Sud) vient de retourner au Vietnam après plus de trois mois à Taïwan (Chine) au sein du club Attack Line. Mais ce n’est pas la première fois qu’elle fait partie d’un club étranger. Pour rappel, elle avait joué en 2016 pour le club thaïlandais Bangkok Glass.

Taille "déconcertante"

Thanh Thúy attirait les regards curieux de ses camarades de classe et de ses professeurs en étant plus jeune à cause de sa taille "inhabituelle". À l’âge de 12 ans, elle mesurait déjà 1,78 m, soit à peu près la même taille que son père et 20 cm de plus que sa mère. Or, selon les statistiques du ministère de la Santé, la taille moyenne d’une femme vietnamienne est de seulement 1,53 m.

Thanh Thúy a fait ses débuts dans l’équipe du Vietnam de volley-ball féminine à l’âge de 16 ans, alors qu’elle mesurait 1,90 m. À 21 ans et mesurant 1,93 m, elle a commencé à attirer toutes les attentions lorsqu’elle jouait pour des clubs en Thaïlande et à Taïwan en dehors de sa carrière professionnelle avec l’équipe vietnamienne.

Début 2016, elle a reçu une invitation à jouer à l’étranger sous le maillot du club Bangkok Glass. C’était "un grand honneur" pour une jeune sportive comme Thanh Thúy, car seuls quelques joueurs de volley-ball célèbres tels que Ngoc Hoa et Ngô Van Kiêu se sont vu offert ce type d’opportunité à l’étranger.  

"Les premiers temps, ma maison me manquait beaucoup. Tout était si différent de ce qui passait au Vietnam, de la nourriture à la culture", a confié Thanh Thúy.

Sa plus grande difficulté était la barrière de la langue. Mais ce défi s’est atténué grâce à l’entraîneur Kittipong Pornchartyingcheep qui l’a aidé à communiquer avec ses coéquipières. C’est lui qui l’avait déjà entraîné au club vietnamien de Long An (Sud) et l’avait également invitée en Thaïlande à jouer.

"C’était toute une autre histoire quand je suis venue à Taïwan pour jouer à Attack Line, car tout le monde parlait l’anglais. Introvertie comme j’étais, je ne pouvais pas me faire beaucoup d’amis et vaguement saisir ce que notre entraîneur disait", a-t-elle avoué.

En dépit de ces difficultés, Thanh Thúy est prête pour une prochaine aventure à l’étranger. Elle a estimé qu’elle avait "énormément progressé" grâce au temps passé à jouer pour des clubs internationaux.

"En Thaïlande, j’ai été entraînée à garder une mentalité forte pour être capable de jouer sous la pression énorme des spectateurs, tandis que Taïwan m’a aidée à diversifier mon style de jeu", a-t-elle déclaré.

Des efforts récompensés

Plus important encore, selon l’entraîneur du club VTV - Binh Diên Long An, Nguyên Quôc Vu, la jeune fille autrefois silencieuse a appris à s’ouvrir aux autres et à interagir avec l’équipe en donnant ses opinions.

"Maintenant, Thanh Thúy communique mieux avec ses coéquipières et les encourage même sur le terrain. Auparavant, on ne pouvait pas lui faire dire un seul mot même si elle était forcée à parler", a-t-il fait savoir.

Ceux qui ont travaillé avec Thanh Thúy gardent une bonne impression de sa volonté de progresser, de vouloir apprendre continuellement et surtout de son esprit positif.

À Taïwan, Thanh Thúy vivait dans un appartement loué par le club Attack Line, qui prenait en charge le petit déjeuner et le dîner des joueuses à l’hôtel. Pour le déjeuner, chacune devait se débrouiller. Afin d’améliorer ses relations et sa communication au sein de l’équipe, Thanh Thúy sortait souvent manger avec ses coéquipières. Son talent et son esprit de détermination lui ont permis de faire partie des joueuses titulaires du club durant la plupart de la saison.

"La grande majorité des athlètes étaient des étudiantes. Nous étions à peu près du même âge, c’était donc facile de bien s’entendre. Je suis timide, donc jouer à l’étranger m’a offert l’occasion de grandir. Maintenant, j’ai plus confiance en moi quand je sors. Avoir la possibilité d’aller jouer à l’étranger, c’est une grande chance pour moi!", s’est-elle réjouit. -CVN/VNA