La ville de Palu, dans l'île de Sulawesi en Indonésie, a été dévastée après un puissant séisme et un tsunami, le 29 septembre 2018. Photo: AFP

Jakarta (VNA) - Le puissant séisme suivi d'un tsunami qui a frappé vendredi l'île de Sulawesi en Indonésie a fait près de 400 morts, selon un nouveau bilan, alors que les hôpitaux locaux peinent à faire face à cette situation d'urgence.

384 personnes sont mortes, selon les chiffres des hôpitaux, a indiqué samedi Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes. La plupart des morts sont retrouvés dans la ville de Palu, sur l’île de Sulawesi, l’une des zones les plus touchées.

Le nombre de blessés graves est monté à 540, et le nombre des personnes portées disparues à 29.

Le secours des victimes dans les zones touchées se déploye rapidement. Le président indonésien Joko Widodo a annoncé qu’il dirigerait directement les activités de secours et de sauvetage des victimes. L'Armée a été mobilisée pour aider aux opérations de recherches de victimes dans la zone.

Selon Reuters, le tsunami, avec des vagues atteignant deux mètres de hauteur, est survenu après qu'un séisme de magnitude 7,5 qui avait frappé la région dans l'après-midi du 28 septembre.

L'épicentre du séisme est situé à 10km de profondeur à quelque 80km au nord de Palu, dans l'île de Sulawesi.

L'Indonésie, un archipel de 17.000 îles et îlots qui s'est formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne, eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique.

En 2004, un tsunami provoqué par un séisme sous-marin de magnitude 9,3 au large de Sumatra, dans l’ouest de l’Indonésie, a tué 220.000 personnes dans les pays de l’océan Indien, dont 168.000 en Indonésie. -VNA