Hanoi (VNA) - Selon les prévisions, en 2035, les personnes du troisième âge représenteront plus de 20% de la population au Vietnam. Il devient dès lors nécessaire et urgent d’adapter les soins médicaux et les services dans les hôpitaux pour y faire face.


Une consultation à l’Hôpital central de gérontologie. Une scène qui sera de plus en plus courante dans les années à venir. Photo : Duong Ngoc/VNA/CVN

«Selon le dernier sondage sur la santé des personnes âgées, mené par l’Hôpital central de gérontologie et l’Université de médecine de Hanoi, un octogénaire est victime de 6 à 7 maladies en moyenne. Ces dernières sont souvent la tension, le diabète, le cancer ou des maladies pulmonaires», a déclaré le Pr-Dr Pham Thang, directeur de l’Hôpital central de gérontologie. Des pathologies multiples, qui nécessitent des soins et une prise en charge particuliers. «Comme les personnes âgées sont atteintes de plusieurs maladies en même temps, les symptômes ne sont pas clairs, et empêchent de réaliser un diagnostic précis. De plus, l’utilisation de plusieurs types de médicaments favorise le risque d’interactions accidentelles pendant le traitement», a-t-il souligné.

Selon des statistiques, les personnes âgées ont de plus en plus recours aux services médicaux. Bien qu’elles représentent en ce moment 10% de la population nationale, elles consomment plus de la moitié des médicaments. Et pourtant, selon l’OMS, ces personnes ne bénéficient pas de soins de bonne qualité.

La moitié des hôpitaux généralistes disposent d’un département de gérontologie. Mais généralement, ils n’arrivent pas à répondre à la demande, manquent de personnel qualifié et les équipements sont loin d’être modernes. De plus, presque tous les hôpitaux n’ont pas créé de salles de consultations dédiées uniquement aux personnes âgées.

De plus, peu d’efforts sont réalisés pour développer des programmes de sensibilisation aux soins sanitaires. Certaines infirmeries communales coopèrent avec des établissements sanitaires de niveau supérieur pour organiser la consultation périodique aux personnes âgées, mais peine à couvrir toute la population locale.   

Plaidoyer pour renforcer les soins dans la communauté

«Le ministère de la Santé réalisera une étude sur cette frange de la population pour comprendre ses demandes et estimer surtout le nombre de personnes qui en auraient potentiellement besoin. Ceci nous permettra d’établir puis de proposer des mesures appropriées», a fait savoir le Dr Pham Lê Tuân, vice-ministre de la Santé. 

«Le ministère se concentrera sur l’augmentation de l’offre des services médiaux aux personnes âgées dans les établissements de santé, et collaborera avec le service de médecin à domicile», a-t-il poursuivi.

«Concernant le renforcement du personnel et l’établissement de départements de gérontologie dans les hôpitaux, le ministère avait décrété la circulaire N°35 en 2011. Ainsi, les hôpitaux, sauf ceux pédiatriques, doivent créer leur propre département de gérontologie ou se doter d’un certain nombre de lits équipés pour le traitement de ces personnes, ou encore organiser la réhabilitation des personnes âgées après leurs traitements», a affirmé le vice-ministre.

Il a ajouté que la création de départements de gérontologie dépendrait aussi des localités qui devraient encourager les hôpitaux à agir de telle sorte. Il a également précisé que le ministère de la Santé examinait encore les premiers résultats de la circulaire N°35, et envoyait des cadres suivre des formations sur la gérontologie. -CVN/VNA