Visioconférence nationale de récapitulation du travail de 2017 et de déploiement des tâches de 2018 du Comité national de prévention et de lutte contre le Sida, la drogue et la prostitution.

Hanoi (VNA) -  La visioconférence nationale de récapitulation du travail de 2017 et de déploiement des tâches de 2018 du Comité national de prévention et de lutte contre le Sida, la drogue et la prostitution a eu lieu vendredi à Hanoi, sous l’égide de son président, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam.

Dans son rapport présenté à la conférence, le vice-ministre de la Sécurité publique Le Quy Vuong a annoncé qu’en 2017, le travail de prévention et de lutte contre la drogue, le VIH/Sida et la prostitution avait obtenu des résultats importants. Le nombre de contaminés du VIH a baissé, faisant de 2017 la 9e année consécutive où le nombre de contaminés du VIH, de Sidéens et de morts par le Sida a réduit. Au cours des neuf premiers mois de l’année, le pays a détecté 6.883 nouveaux cas contaminés du VIH, 3.484 sidéens et 1.260 morts. En 2017, on prévoit environ 9.800 nouvellement contaminés et 1.800 décédés.

Le nombre de criminels liés à la drogue détectés et arrêtés a augmenté, avec 22.346 affaires impliquant 34.494 personnes, soit une hausse de 3.031 affaires et 3.493 personnes par rapport à 2016.

Le travail de désintoxication et la gestion après sevrage a connu des changements positifs, avec l’augmentation du nombre de drogués gérés par les services compétents.

Le gouvernement vietnamien envisage un plan pour augmenter dans la période 2016-2020 le pourcentage de personnes traitées par antirétroviraux (actuellement 55%) avec un financement prévu de 2.900 milliards de dôngs (soit 128 millions de dollars). Par ailleurs, 100% des personnes vivant avec le VIH sont couvertes par l'assurance santé conformément à la décision du Premier ministre.

Cependant, pour rendre plus efficace ce combat de longue haleine contre le VIH/Sida, le plus important est que toutes les communautés soient fortement mobilisées et œuvrent activement aux côtés des organisations pionnières dans cette lutte afin d'intensifier les efforts, mais aussi pour réintégrer les personnes infectées par le VIH.

L'intervention doit être plus efficace, les services de tests, de dépistage et de consultation doivent être plus accessibles, et l'éducation publique et les services de suivi doivent être renforcés.

Il est à faire le maximum d’efforts pour l’atteindre l’objectif 90-90-90 fixé par l’Organisation des Nations Unies (ONU) (90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur séropositivité, 90 % des personnes conscientes de leur séropositivité ont accès au traitement, et 90 % des personnes sous traitement atteignent des niveaux de VIH indétectables dans leur organisme), afin de mettre fin à l’épidémie du Sida en 2030. -VNA