Cao Thi Ngoc Dung, présidente du conseil d’administration de PNJ, lors de la cérémonie de lancement du programme. Photo : PNJ
 
Hanoï (VNA) - Le Fonds national pour les enfants vietnamiens et la société de joaillerie Phu Nhuan (PNJ) ont lancé conjointement un programme de soutien aux enfants autistes au Vietnam.

Doté d'un budget de 10 milliards de dongs financé par PNJ, ce programme quinquennal devrait bénéficier directement à plus de 10.000 familles et 4.000 enfants autistes.

Il permettra la publication d’un document national fournissant des informations sur l’autisme, des cours de formations, des communications pour sensibiliser le public à l’autisme et la mobilisation de ressources pour soutenir les enfants autistes…

Lors de la cérémonie de lancement du programme, Cao Thi Ngoc Dung, présidente du conseil d’administration de PNJ, a appelé la communauté à unir ses efforts pour donner aux enfants autistes les assistances dont ils ont besoin.

Pour sa part, Nguyen Thi Hien, vice-directrice du Fonds national pour les enfants vietnamiens, a annoncé que le 8 avril, un document national sur le soutien aux enfants autistes serait présenté. Le document fournira aux enseignants, aux techniciens de soutien, au personnel et aux parents une connaissance approfondie de l'autisme, de ses symptômes et des méthodes permettant d'y faire face.

Au cours des prochaines étapes, le programme visera à renforcer les capacités des responsables clés en matière de communication et d'assistance aux enfants autistes, à vulgariser les connaissances auprès des parents des enfants autistes, ainsi que des enseignants et des responsables chargés de l'éducation et de la protection de ces enfants. Cette normalisation des connaissances donnera au public un aperçu de l'autisme et réduira la discrimination.

À la fin de 2018, le Vietnam comptait plus de 200.000 enfants atteints d'autisme. Les experts ont constaté que leur nombre avait rapidement augmenté, le chiffre de 2007 étant déjà 50 fois supérieur à celui de 2000.

Par ailleurs, le Vietnam manque toujours de programmes professionnels et à grande échelle ciblant ce groupe, tandis que la sensibilisation des parents, des écoles et des communautés locales reste incomplète et largement inexacte faute de documents d'orientation normalisés, ont-ils ajouté.-CPV/VNA