"Peste & Choléra", qui retrace les formidables épopée et destin d’Alexandre Yersin, a désormais une édition en vietnamien qui vient d'être présentée pour la première fois au public dans le cadre de la "Semaine française à Da Lat".

Lors de la cérémonie de présentation qui a eu lieu le 11 décembre au Book café au 20, zone de Hoa Binh à Da Lat, les fans de Patrick Deville ont eu la chance d’écouter l’auteur et de dialoguer avec lui pour comprendre davantage ses choix et son oeuvre «Peste & Choléra».

Chercheur à l'Institut Pasteur, né dans le canton suisse de Vaud en 1863 et mort 80 ans plus tard à Nha Trang, au Vietnam, Alexandre Yersin avait tout pour fasciner le romancier. Lui-même voyageur impénitent et esprit cosmopolite, Patrick Deville, né le 14 décembre 1957, a vécu dans les années 1980 au Moyen-Orient, au Nigeria, en Algérie, après des études de littérature et de philosophie. Dans les années 1990, il a séjourné à Cuba, en Uruguay et en Amérique centrale

Son héros travaille sur la tuberculose et la diphtérie à Paris où il est arrivé à l'âge de 22 ans. Il découvre la toxine diphtérique et fait partie de ces pasteuriens téméraires, souvent étrangers, qui entourent le vieux Louis Pasteur. Savant aux semelles de vent, Yersin part en Extrême-Orient, se fait marin, explore la jungle, voyage en Chine, à Aden, à Madagascar, le tout entrecoupé de séjours parisiens. De retour en Asie, il découvre le bacille de la peste lors de la grande épidémie de Hong Kong (Chine) en 1894. A Canton, il est le premier médecin à guérir un pestiféré.

Il est aussi le premier à développer en Indochine la culture de l'hévéa, devient le roi du caoutchouc et travaille avec Michelin. Il est encore le premier à planter des arbres à quinquina et cultive la coca, alors plante médicinale.

Pour raconter cette formidable aventure scientifique et humaine, l'écrivain a suivi les traces de son héros autour du monde. Il s'est aussi plongé dans les milliers de lettres échangées par "la bande des pasteuriens", conservées aux archives des Instituts Pasteur.

Le roman retraçant la vie et la carrière de l’explorateur en blouse blanche, réussite de la littérature française, a rapporté la gloire à son père, Patrick Deville, qui a été couronné par le prix Femina, le Prix des prix littéraires et le Prix du roman Fnac.

La version vietnamienne de «Peste & Choléra» a été traduite par Dang The Linh, éditée et corrigée par Doan Cam Thi et Ho Thanh Van, et publiée par les Editions de la Jeunesse.

Outre «Peste & Choléra», l’écrivain voyageur a publié une dizaine d’ouvrages traduits en une douzaine de langues. A cette occasion, son oeuvre «Longue vue» vient également d’être publiée en vietnamien par les Editions Nha Nam. -VNA