L'ancien vice-Premier ministre fait face à 7 nouveaux chefs d'accusation pour corruption. Photo: www.straitstimes.com
 

Kuala Lumpur (VNA) – L’ancien vice-Premier ministre malaisien Datuk Seri Ahmad Zahid Hamidi s’est vu signifier le 26 juin sept nouveaux chefs d’accusation pour corruption liée à un système d’e-visa pour les étrangers.

L’ancien vice-Premier ministre malaisien, qui devait faire face à 47 chefs d'accusation d’octobre 2018 à février 2019 pour abus de position et de confiance, et blanchiment d’argent, a plaidé non coupable des accusations lors sa comparution à Kuala Lumpur. Il a été libéré sous-caution.

Ces nouvelles accusations portaient sur 4,24 millions de dollars singapouriens (3,13 millions de dollars) d’Ultra Kirana Sdn. Bhd qu’il est soupçonné d'avoir reçu entre le 28 mars 2017 et le 2 mars 2018, pour prolonger le contrat avec cette compagnie pour la gestion du centre de guichet unique de remise de visa à Pékin (Chine) et l’opération du système d’e-visa pour les étrangers. Chacune de ces infractions peut être punie d'une peine maximale de 20 ans d'emprisonnement.

Azam Baki, un officiel de la Commission anti-corruption en Malaisie, a déclaré que ce jeudi, Datuk Seri Ahmad Zahid Hamidi serait à nouveau interrogé au tribunal à Kuala Lumpur pour faire face à 33 autres accusations pour corruption. –VNA