Hanoï, 15 avril (VNA) – L’ex-Premier ministre malaisien Najib Razak est revenu lundi 15 avril devant le tribunal pour la deuxième journée de son procès pour corruption lié au fonds souverain 1MDB.

L'ex-Premier ministre malaisien Najib Razak arrive à son procès, le 3 avril. Photo: AFP/VNA

Le procès très attendu de cet ex-dirigeant a débuté le 3 avril dernier. Najib a nié sept chefs d'accusation liés au pillage de 42 millions de ringgits (10,3 millions de dollars) de SRC International, une ancienne unité de la 1MDB. Ce n'est qu'une partie de l'argent qu’il aurait volé.

L’ex-Premier ministre et ses amis sont accusés d’avoir volé des milliards de dollars à 1MDB et de les avoir dépensés pour ses besoins personnels, allant des biens immobiliers haut de gamme à des œuvres d’art et à un yacht de luxe.

Ces accusations ont joué un rôle important en incitant les électeurs à se débarrasser de sa coalition déchirée par la corruption, au pouvoir depuis six décennies, lors des élections historiques de l'année dernière.

Depuis lors, M. Najib a été arrêté et fait face à des dizaines de chef d’accusation. Cependant, il a toujours nié tous ces chefs d’accusation liés au pillage de 1MDB, affirmant que ceux-ci sont politiquement motivés.

Créé en 2019 par M. Najib, 1MDB est actuellement au centre d’une enquête en Malaisie comme aux États-Unis, en Suisse, à Singapour, au Canada, en Chine,… Selon les estimations du Département américain de la Justice, 4,5 milliards de dollars au total ont été volés. –VNA