Hanoi (VNA) - Dans son dernier rapport, la Banque asiatique de développement (BAD) a estimé que la croissance économique du Vietnam atteindrait 6,3% en 2017. Cependant, l’Office général des statistiques du Vietnam (GSO) croît encore qu’elle pourrait atteindre 6,7%, à condition de s'en donner les moyens.
 
Fabrication d'accessoires électroniques dans le complexe de hautes technologies de Samsung, à Thai Nguyên (Nord). Photo : VNA
 
L'économie vietnamienne est en bonne santé, grâce aux facteurs fondamentaux que sont la demande intérieure et la production manufacturière orientée vers l’exportation.

Selon le GSO, la croissance du produit intérieur brut (PIB) sur les neuf premiers mois de l’année est de 6,41% ( 5,15% au 1ertrimestre, 6,28% au 2e et 7,46% au 3e). Les bons chiffres de la croissance au 3e trimestre s’expliquent en particulier par l’afflux massif d’investissements directs étrangers (IDE) dont ceux de Samsung et de Formosa.

Samsung a fait le choix de renforcer son activité à Thai Nguyên et Bac Ninh (Nord) cette année. De plus, le lancement du Galaxy Note 8 a contribué, à lui seul, à 45% de la croissance du secteur de la téléphonie mobile au cours du 3etrimestre.

La production de métal de l’entreprise taïwanaise Formosa au cours des neuf premiers mois de l’année a augmenté de 21,4%. Et selon les estimations, l’usine Formosa de Hà Tinh (Centre) produirait cette année environ 1,5 milliard de tonnes d’acier brut, pour un chiffre d’affaires de 16.850 milliards de dôngs.

Concernant l’import-export, les échanges commerciaux avec les entreprises étrangères ont atteint 154 milliards de dollars, soit une augmentation de 19,8% par rapport à la même période de 2016.

Redoubler d’efforts pour atteindre l’objectif
 
Le Vietnam compte bien atteindre son objectif de 6,7% de croissance économique en 2017. Photo : VNA

Depuis janvier, la situation est positive pour l’économie nationale, ce qui explique la confiance du gouvernement quant à la capacité du pays à atteindre un taux de croissance économique de 6,7% sur l’ensemble de cette année 2017.

Afin de parvenir à cet objectif, le gouvernement a demandé à chaque ministère de prendre des mesures concrètes pour accélérer la production, favoriser le décaissement des fonds et développer le marché économique du pays.

Le docteur en économie Lê Dinh pense qu’une croissance dynamique dépend principalement du coût du travail et de la sous-traitance. Aussi faut-il que l’État investisse dans le secteur de la construction, mette toutes les mesures en œuvre pour améliorer le solde de la balance commerciale (en particulier pour favoriser les exportations) et favoriser l’afflux d’IDE.

Par ailleurs, la croissance du crédit a augmenté de 11,02% jusqu’à fin septembre, soit une hausse de 0,56% sur un an. Les spécialistes s’inquiètent des risques financiers liés à la réduction des taux d’intérêt des organismes de crédit, surtout dans le contexte actuel où une grande quantité de créances sont douteuses et irrécouvrables. – CVN/VNA